Réforme des retraites : cinq questions sur la valeur du point et le calcul des futures pensions

Un bulletin de paie vu à travers une loupe à Paris, le 5 février 2019.
Un bulletin de paie vu à travers une loupe à Paris, le 5 février 2019. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS/AFP)

En attendant de connaître les dispositions précises du futur système par points voulu par le gouvernement, des doutes planent sur les principales mesures de la réforme. A commencer par le fameux point de retraite.

Un jeu de chamboule-tout. Qui va y perdre ? Qui va y gagner ? Le futur système universel de retraite par points, que le gouvernement veut mettre en place, bouleverse les repères de bon nombre de salariés et soulève de nombreuses inquiétudes, alors que les dispositions précises du projet de réforme doivent être présentées par le Premier ministre, Edouard Philippe, mercredi 11 décembre.

>> Perturbations, manifestations, réactions, trafic… Suivez en direct la grève du 9 décembre et les dernières informations ici.

Comment fonctionne précisément ce système ? Combien vaudra un point et comment sera-t-il réévalué ? Comment calculer son nombre de points et le convertir en montant de pension ? Eléments de réponse.

1En quoi consiste un système par points ?

Tout d'abord, ce régime par points n'est pas inédit en France puisque "la retraite complémentaire des salariés du secteur privé [Arrco pour l'ensemble des salariés et Agirc pour les cadres], celle des travailleurs indépendants" ou "des professions libérales" fonctionne déjà avec ce système, rappelle info-retraite.

Concrètement, poursuit ce site géré par les organismes de retraite, "quand vous travaillez, vous payez des cotisations. Votre employeur, si vous êtes salarié, en paye aussi pour vous. Et le montant total de ces cotisations est converti en points". Tout au long de votre carrière professionnelle, vous cumulez ainsi des points qui permettront de calculer votre retraite annuelle.

Mais attention aux malentendus : le futur système voulu par le gouvernement reste toujours un système par répartition, où les cotisations des actifs financent les pensions des retraités.

2Comment calculer sa future pension ?

À l'instauration du régime universel de retraite par points, "un point correspondra à dix euros de cotisations", suggère le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, dans son rapport rendu en juillet. "La valeur du point servant au calcul de la retraite serait [alors] fixée à 0,55 euro". 

Lors du départ à la retraite, il faudra multiplier le nombre de points acquis par la valeur du point en vigueur à cette date pour obtenir le montant de sa pension annuelle. Tel est le calcul déjà fait pour la retraite complémentaire, rappelle le site info-retraite, avec l'exemple de Nathalie. "A 63 ans", cette dame "souhaite partir à la retraite. Elle a cumulé 10 000 points dans son régime complémentaire en tant que salariée du secteur privé. Cette année, le point vaut 1,3 euro. Son régime complémentaire lui versera donc : 10 000 x 1,3 = 13 000 euros brut par an". 

Vous avez tout suivi ? Passons à la vitesse supérieure avec le cas de David, pioché cette fois dans le rapport Delevoye. Ce salarié travaille depuis 43 ans et il a touché tout au long de sa carrière 1,5 fois le Smic, soit 1 813 euros net. Les cotisations salariales et patronales s'élèvent à 577,5 euros par mois (si on applique le taux de 25,31% préconisé par le rapport Delevoye). Sortez la calculette : 577,5 x 12 (mois) = 6 930 euros cotisés. Sachant qu'un point correspond à dix euros cotisés, vous divisez 6 930 par dix, et obtenez 693. David dispose donc de 693 points par an, et cumule ainsi, au bout de 43 ans de carrière, 29 799 points.

Si la valeur du point est fixée à 0,55 euro, David touchera chaque année pour sa retraite : 29 799 (points) x 0,55 (la valeur du point) = 16 389 euros brut par an. Il disposera donc chaque mois de 1 366 euros brut, soit 1 265 euros net par mois. Avec 70% de "taux de remplacement" [le pourcentage de la pension par rapport au salaire], il perdra moins d'un tiers de son revenu. Ce taux avantageux s'explique par les critères choisis par le rapporteur pour illustrer son propos : David travaille depuis l'âge de 19 ans et sa carrière n'a connu ni interruption ni progression de salaire. Il n'est donc pas touché par l'abandon du calcul sur les vingt-cinq meilleures années (dans le système actuel) au profit du calcul sur l'ensemble de la carrière (dans le futur système à points).

3La valeur du point peut-elle baisser ?

Une vidéo d'une petite phrase de François Fillon, prononcée au détour d'un discours devant des patrons en mars 2016, a été exhumée il y a quelques jours sur Twitter par le député "insoumis" François Ruffin. Elle a contribué à semer un peu plus le doute sur cette question qui cristallise une partie des inquiétudes à propos de la future réforme. Car l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy y assène : "Le système par points permet une chose qu'aucun homme politique n'avoue : ça permet de baisser chaque année le montant, la valeur des points et donc de diminuer le niveau des pensions."

Pour contrer cet argument devenu viral, Bruno Le Maire a martelé dimanche 8 décembre sur France 3 que le gouvernement allait "prendre toutes les dispositions pour que soit inscrite comme règle d'or que la valeur du point ne baisse pas, dans la loi. Ça fait partie des possibilités, ça fait partie des sujets de discussion". Avant le ministre de l'Economie, Edouard Philippe et Gérald Darmanin avaient déjà tenté de rassurer sur ce sujet.

Même refrain dans le rapport Delevoye : "Non, la valeur du point ne pourra pas baisser", assure-t-il à deux reprises. Pour l'instant, la règle est la suivante : dix euros cotisés donneront droit à un point, d'une valeur égale à "0,55 euro de retraite annuelle" lors du démarrage théorique du système en 2025.

Certes, sur le papier, dans le cadre d'un rééqulibrage budgétaire, rien n'empêchera "d'abaisser la valeur du point à 0,54 euro de pension (...) en cas de grave crise économique", remarque Europe 1. Mais il s'agirait d'"un acte politiquement explosif", et le haut-commissaire s'est engagé à ne pas y recourir. Pour lever les suspicions, il propose de confier la gouvernance du système, et donc la revalorisation de la valeur du point, à un organisme paritaire composé pour moitié de représentants des salariés et pour moitié de représentants des employeurs.

4Y a-t-il d'autres moyens de diminuer le montant des pensions ?

Oui, plusieurs autres méthodes pourraient influer sur le niveau des retraites. A commencer par la méthode de revalorisation du point. Après une période de transition, sa valeur sera "indexée sur l'évolution du salaire, plus favorable que l'inflation", surtout en cas de croissance, selon le rapport Delevoye. Mais "le risque existe que cette revalorisation [indexée sur les salaires] soit moins forte que l'inflation dans les années de crise", explique Le Point

L'exécutif peut aussi jouer sur l'"âge d'équilibre" (ou âge pivot) préconisé par le rapport Delevoye (64 ans en 2025). "Pour chaque année de départ avant cet âge d'équilibre, votre pension serait affectée d'une décote [5% pour un an, 10% pour deux ans, etc.]", explique l'économiste Michael Zemmour dans un billet sur le site d'Alternatives Economiques. En conséquence, poursuit ce maître de conférences à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, "si une personne part à 63 ans en 2025 alors que l'âge d'équilibre est de 64 ans, elle touche pour chaque point 95% de sa 'valeur de service' (5% de décote) car il lui manque un an avant d'atteindre l'âge d'équilibre". Sa pension est ainsi diminuée sans que la valeur du point ne soit altérée. 

Il reste également d'autres leviers, comme "rendre plus chère l'acquisition du point quand on travaille", remarque Europe 1 : le point n'équivaudrait plus à dix euros cotisés, mais à davantage. Une façon de contraindre à travailler, et donc cotiser, plus longtemps. 

5Est-ce que le montant de la retraite ne dépendra que des points effectivement cotisés ?

Non. Le système "prendra aussi en compte, par des éléments de solidarité, les aléas de la carrière ou de la vie qui conduisent à des périodes d'interruption d'activité involontaires", promet le rapport Delevoye. "Des points seront accordés lors des interruptions d'activité subies. Des points seront financés sur la base des indemnités perçues en cas de chômage. L'effet sur la retraite des interruptions liées à la maternité ou à la maladie sera compensé par l'acquisition de points retraite", mentionne-t-il notamment.

Mais le flou règne encore sur le nombre de points accordés. Des observateurs ont aussi relevé que la récente réforme de l'assurance-chômage, en durcissant considérablement les conditions d'indemnisation, pénalisera les chômeurs touchés au moment de leur retraite : pas d'indemnisation, pas de points retraite.

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Décryptage. Cinq questions sur la valeur du point et le calcul des futures pensions

• Explication. On vous explique ce que valent les simulateurs censés calculer les pensions

• Analyse. Martinez, Philippe, Delevoye… Qui sont les acteurs clés qui peuvent influer sur la réforme des retraites ?

• Vrai ou fake. Les syndicalistes continuent-ils à être payés pendant les mouvements sociaux ?

Vous êtes à nouveau en ligne