VIDEO. Marine Le Pen : Macron est le point commun entre les "gilets jaunes" et la contestation de la réforme des retraites

FRANCE 3

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN), a annoncé jeudi 16 janvier sa candidature à la présidentielle de 2022, avec un projet de grande alternance pour remettre le pays sur pied. Elle est l'invitée de "Dimanche en politique".

Alors qu'Emmanuel Macron est à mi-mandat, Marine Le Pen a déclaré qu'elle sera candidate à l’élection présidentielle de 2022. Il n'empêche que la leader du RN a condamné l'opération coup de poing d'opposants à la réforme des retraites, vendredi 17 janvier, qui sont entrés de force dans le hall du théâtre parisien des Bouffes du Nord, où le couple présidentiel assistait à une représentation. "Je pense que tout acte de violence, de blocage, d'intimidation du type de ceux que l'on a pu voir dernièrement doit être condamné sans réserve et avec la plus grande fermeté. Dans une démocratie, le combat politique s'exprime avec des idées, il ne s'exprime pas par ce type de violence", explique la députée du Pas-de-Calais.

"La France est à feu et à sang"

Reste cependant qu'Emmanuel Macron s'était "présenté comme étant un candidat qui devait unir le pays. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela fait quatorze mois que la France est à feu et à sang", poursuit Marine Le Pen. Pour elle, c'est sûr, le point commun entre les "gilets jaunes" et la contestation de la réforme des retraites, "c'est quand même Emmanuel Macron".

Vous êtes à nouveau en ligne