Grève : le retour du clivage droite-gauche

France 2

Le contexte social et la réforme des retraites divisent les partis de l'opposition: la gauche soutient les grévistes, tandis que la droite critique le projet et, surtout, les concessions accordées par le gouvernement.

Une visite de soutien aux cheminots en grève a eu lieu aujourd'hui, à Paris, dans la gare de Lyon. L'initiative vient du parti communiste (PCF). "On sent bien que tous les éléments de langage, tous les arguments du gouvernement, sont absolument fictifs pour justifier cette réforme", déclare Aurore Lalucq, députée européenne Place publique. La France insoumise et le Parti socialiste ne sont pas venus, mais les grévistes voient le verre à moitié plein.

Trop pour la gauche, pas assez pour la droite

Quand c'est trop pour la gauche, ce n'est pas assez pour la droite : pour elle, la réforme des retraites serait dénaturée. "On a reçu il y a un an Jean-Paul Delevoye (...), au début la présentation d'un système universel, c'est beau. Mais, à l'arrivée, quand vous rentrez dans le concret, on nous dit 'non' pour les policiers, pour les gendarmes, pour les militaires, pour les marins, pour les pilotes", explique Roger Karoutchi, sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine. Le gouvernement aurait supprimé des régimes spéciaux pour en recréer d'autres.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne