En philosophie, "la retraite, c'est se retirer du monde"

On parle beaucoup des retraites avec le mouvement de grève contre le projet du gouvernement, mais qu'en est-il de ce terme en philosophie ? Les explications de Géraldine Mosna-Savoye, productrice du Journal de la philo sur France Culture, dans le 23h de franceinfo.

"Quand on parle de retraite, on pense d'emblée à ce qui nous attend à la sortie du monde du travail, aux pensions que l'on va nous verser. Mais la retraite, très littéralement pour les philosophes, est le fait de se retirer du monde", analyse Géraldine Mosna-Savoye.

On est donc ici loin du contexte politique. "Ce détour est intéressant pour penser la réforme des retraites aujourd'hui. Est-ce que prendre de la distance, c'est se retirer du monde définitivement ? Le philosophe Diogène de Sinope s'était retiré, vivait seul dans la rue. Il dormait dans la rue, dans un tonneau, interpellait les passants pour dénoncer les conventions politiques et les artifices de la vie sociale", éclaire la productrice du Journal de la philo sur France Culture.

Penser la retraite autrement

Aujourd'hui, les inégalités du régime universel et la fin des régimes spéciaux sont très conflictuelles. "Quelle place accorder aux retraités dans une société qui est centrée sur le travail ? On peut penser au philosophe Henry David Thoreau qui a écrit Walden. Il a ainsi vécu dans les bois, pendant deux ans, deux mois et trois jours et a vécu à l'écart de la société. On passe d'une retraite choisie à une retraite subie que l'on calcule par rapport au travail accompli", avance Géraldine Mosna-Savoye.
Aussi, un des enjeux politiques était de prendre en compte l'allongement de la durée de la vie des futurs retraités. "Cela révèle le problème philosophique qui se pose. Il faut peut-être penser la retraite autrement. Est-ce qu'il est possible de voir la retraite autrement que la fin de la vie active, autrement même que comme une fin de vie. Simone de Beauvoir qui a écrit un essai en 1970, La Vieillesse. Elle y démontre la maltraitance sociale des personnes âgées. La vieillesse est pour elle le morceau d'une autre vie", termine la philosophe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne