DIRECT. Paris, Toulouse, Bordeaux, Lille... Les professions libérales sont dans la rue pour dire non à la réforme des retraites

Les avocats se mobilisent dans les rues de Paris, lundi 16 septembre, contre la réforme des retraites.
Les avocats se mobilisent dans les rues de Paris, lundi 16 septembre, contre la réforme des retraites. (MAXPPP)

Après la grève de la RATP vendredi, c'est au tour des professions libérales, peu habituées aux manifestations, de hausser le ton contre la réforme des retraites. 

Avocats, médecins, pilotes, hôtesses de l'air, stewards... Ce lundi 16 septembre, les professions libérales se mobilisent contre la réforme des retraites. Ils s'opposent au régime universel à points, mesure phare de la réforme souhaitée par l'exécutif et qui devrait mettre fin aux régimes spéciaux. La mobilisation s'annonce très suivie sur tout le territoire, alors que ces professions ne sont pas habituées à manifester. Un collectif, SOS Retraites, a été créé conjointement par des avocats, des professionnels du soin et des salariés du transport aérien pour l'occasion. A Paris, le cortège a quitté la place de l'Opéra sur les coups de 14 heures. Il a pris la direction de la place de la Nation.

La fin des "régimes autonomes". La réforme des retraites envisagée par le gouvernement prévoit la fin des 42 régimes de retraites actuels en faveur d'un régime unique à points. Les professions concernées par les régimes spéciaux (fonctionnaires, employés d'entreprises publiques de transports, professions libérales, notamment) sont vent debout contre cette refonte : elles estiment qu'elles perdraient de nombreux avantages. Le système universel se traduirait en partie par une forte hausse des cotisations et certains futurs retraités verront le montant de leur pension nettement diminué.

Pour les avocats, cela entraînerait la disparition de la Caisse nationale des barreaux (CNBF). Forte de 2 milliards d'euros de réserves financières, est elle le fruit d'une cotisation des avocats. La fusion des régimes entraînerait, selon Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux (CNB), la "spoliation" de cette caisse de retraites.

Grève des audiences pour les avocats. Une large majorité des avocats a décidé de ne plaider aucune affaire ce lundi et de demander automatiquement le renvoi des procès. Il n'y aura pas de commis d'office, de consultations gratuites ni de permanences pénales. Seul le contentieux de la liberté, pour les gardes à vue et la détention provisoire notamment, sera assuré. Selon la présidente du CNB, "des trains entiers d'avocats monteront vers Paris", où une "mobilisaton sans précédent" est attendue. 

Des consultations à venir. Edouard Philippe a chargé le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, de rencontrer avant le 15 octobre les représentants des 42 régimes spéciaux pour "dresser un état des lieux" et "fixer un calendrier de travail". Jean-Paul Delevoye recevra mardi matin, avec la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, les responsables du CNB, de la CNBF et de la Conférence des bâtonniers. 

18h48 : Faisons le point sur les principales infos de ce lundi :

Les professions libérales se sont massivement mobilisées cet après-midi contre le projet de réforme des retraites. A Paris, plusieurs milliers de personnes ont manifesté entre la place de l'Opéra et la place de Nation. Le cortège a réuni 14 professions libérales, auxquelles se sont joints notamment les pilotes de ligne, stewards et hôtesses de l'air.

C'était encore une journée compliquée pour Boris Johnson. Il a rencontré le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, qui a donné seul une conférence de presse, exhortant le Premier ministre britannique à "agir" au lieu de "parler".

Les cours du pétrole se sont envolés deux jours après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite. Plus de 10% pour le brent de mer du Nord, qui a atteint un niveau sans précédent depuis la guerre du Golfe en 1991, et près de 9% pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI), qui a connu sa plus forte hausse journalière depuis le 22 juin 1998.

17h01 : "Au-delà de ce régime universel, ce que l'on veut, c'est garder notre caisse complémentaire".


Aux côtés des infirmiers et des avocats, les pilotes de lignes manifestent aussi cet après-midi. Le porte-parole du SNPL explique que la profession serait prête à accepter le régime universel mais refuse de se voir imposer "un système par capitalisation" alors que leur retraite fonctionne par "répartition".

16h55 : A Paris, les professions libérales qui défilent contre la réforme des retraites ont entonné La Marseillaise en arrivant aux abords de la place de la République.

16h09 : Parmi les professions libérales qui manifestent aujourd'hui : les infirmiers. À l'heure actuelle, les professionnels à leur compte payent sur leur revenu 14% de cotisations retraite et ce taux pourrait atteindre 28% dans les années qui viennent avec la réforme en 2025.

15h34 : . Il n'y pas qu'à Paris que les professions libérales manifestent. A Toulouse et Bordeaux aussi, les avocats sont particulièrement mobilisés contre le régime universel.

14h30 : . Le cortège vient juste de s'élancer, selon le compte Twitter de la Caisse nationale des barreaux français (CNBF). Suivez notre direct.

14h31 : . Les professions libérales se rassemblent depuis 13 heures place de l'Opéra, à Paris, et s'apprêtent à défiler vers la place de la Nation, contre la réforme des retraites. Sur les photos de notre journaliste Simon Gourmellet, beaucoup d'avocats en robes noires, dont une large majorité a décidé de ne plaider aucune affaire aujourd'hui.





(SIMON GOURMELLET / FRANCEINFO)

13h30 : Voici notre best-of des articles publiés aujourd'hui sur franceinfo :

: notre journaliste Valentine Pasquesoone s'est rendue dans le Missouri pour suivre le combat des pro-avortement. Dans cet État du Midwest des États-Unis, les femmes n'ont d'autres choix que de quitter la région pour avorter. Vous pouvez lire leurs témoignages dans ce grand format.

: notre article vous résume les raisons de la mobilisation des professions libérales contre la réforme des retraites aujourd'hui.

13h09 : Rappelons les principales infos de ce lundi :

Un collectif de professions inquiètes pour l'avenir de leur régime autonome de retraites appelle à la grève et à une manifestation aujourd'hui contre le projet de réforme : des infirmiers et médecins libéraux, des pilotes, mais surtout des avocats, chez qui le mouvement s'annonce très suivi. Une manifestation début à 13h à Paris.

Les agents des finances publiques sont également appelés à la grève aujourd'hui. Ils protestent contre un projet de réorganisation géographique de leurs services et 4 800 suppressions de poste annoncées d'ici 2022. Un rassemblement est prévu à Bercy à 14 heures.

Des familles de femmes et d'enfants français de jihadistes, retenus dans des camps en Syrie, ont porté plainte contre le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Ils l'accusent d'"omission de porter secours" pour son refus de les rapatrier.

Deux candidats "anti-système", l'homme d'affaires Nabil Karoui, actuellement emprisonné, et l'universitaire Kais Saïed, ont revendiqué hier soir les deux premières places du premier tour de la présidentielle. Les résultats officiels sont attendus au plus tard demain.

Un incendie a fait au moins un mort et deux blessés graves dans une maison de retraite du 16e arrondissement de Paris, hier soir. C'est un pensionnaire âgé de cent ans qui est mort intoxiqué. Une enquête pour "homicide involontaire" a été ouverte.

12h46 : "Les infirmières vont avoir 14% d'augmentation de leurs cotisations, pour moins de pension (...) Avec cette réforme, on risque des fermetures de cabinet. Et si on ferme des cabinets, c'est la population qui ne sera pas soignée."

Il n'y a pas que les avocats qui se mobilisent aujourd'hui contre le projet de réforme des retraites, et pour la défense de leur régime autonome. Les infirmiers libéraux sont également concernés. Ghislaine Sicre, présidente de Convergence infirmière, résume sur franceinfo ce qui les préoccupe : une hausse de leurs cotisations et le fait que les réserves de leurs caisses de retraites soient fondues dans un régime universel.

10h53 : Bonjour @anonyme. J'ai été imprécis tout à l'heure et vous faites bien de le signaler. Pour être exact, la CGT et Solidaires appellent effectivement, pour le 24 septembre, à une mobilisation nationale, toutes professions confondues, contre la réforme des retraites. Mais le syndicat Sud-Rail s'est joint à eux, et appelle, ce jour-là, à une grève à la SNCF, ce qui aura potentiellement des conséquences sur le trafic.

10h53 : Le 24 septembre c'est l'ensemble de la CGT qui appel à la grève et pas que la SNCF. Merci

09h57 : Bonjour @anonyme. La CGT, Solidaires et SUD-Rail ont effectivement lancé un appel à une grève nationale à cette date, pour protester contre le projet de réforme des retraites, qui implique la disparition de leur régime spécial. Nous avons listé dans cet article les nombreux mouvements sociaux annoncés contre cette réforme.

09h57 : Avez-vous entendu parler d’une grève à la SNCF pour le mardi 24 septembre ?

13h00 : Faisons le point sur les principales infos de ce lundi :

Un collectif de professions inquiètes pour l'avenir de leur régime autonome de retraites appelle à la grève et à une manifestation aujourd'hui contre le projet de réforme : des infirmiers et médecins libéraux, des pilotes, mais surtout des avocats, chez qui le mouvement s'annonce très suivi.


Les agents des finances publiques sont également appelés à la grève aujourd'hui. Ils protestent contre un projet de réorganisation géographique de leurs services et 4 800 suppressions de poste annoncées d'ici 2022. Un rassemblement est prévu à Bercy à 14 heures.

Deux candidats "anti-système", l'homme d'affaires Nabil Karoui, actuellement emprisonné, et l'universitaire Kais Saïed, ont revendiqué hier soir les deux premières places du premier tour de la présidentielle. Les résultats officiels pourraient n'être communiqués que demain par l'instance en charge du scrutin.

Un incendie a fait au moins un mort et deux blessés graves dans une maison de retraite du 16e arrondissement de Paris, dimanche soir. C'est un pensionnaire âgé de cent ans qui est mort intoxiqué.

07h48 : Bonjour . Au contraire, la caisse autonome de retraites des avocats est largement bénéficiaire, avec environ 2 milliards d'euros de réserves financières. C'est une autre raison de la colère de la profession. Christiane Féral-Schuhl, la présidente du Conseil national des barreaux, qualifie de "spoliation" la possibilité que ces réserves soient versées au pot commun d'un futur régime universel.

07h48 : La caisse de retraite des avocats est-elle équilibrée ? Sinon qui finance le déficit ?

08h29 : "Les avocats, comme d'autres professions libérales, n'ont ni les garanties du salarié ni les garanties du fonctionnaire. (...) L'employeur privé comme l'employeur public finance 60% de la cotisation retraite du salarié ou du fonctionnaire, ce n'est pas le cas de l'indépendant libéral qui, lui, finance 100%."

Ce matin sur franceinfo, la présidente du Conseil national des barreaux expliquait un des sujets d'inquiétude des avocats : la hausse de leurs cotisations qu'impliquerait la réforme. Pour ceux dont les revenus annuels sont inférieurs à 40 000 euros, elles devraient doubler, passant de 14 à 28%.

08h23 : Concrètement, les avocats ont décidé de ne plaider aucune affaire aujourd'hui et de demander le renvoi des procès. Il n'y aura pas non plus de commis d'office, de consultations gratuites ni de permanences pénales. Seule exception, le contentieux de la liberté (garde à vue, détention provisoire...) restera assuré.

08h22 : Cette journée de mobilisation se fait à l'appel du collectif SOS Retraites, qui réunit notamment des pilotes de ligne et personnels navigants, des médecins libéraux, des infirmiers et des kinésithérapeutes. Mais ce sont les avocats qui sont au premier rang de ce mouvement. Selon la Conférence des bâtonniers, la quasi totalité des barreaux de France sera mobilisée.

08h22 : C'est la deuxième mobilisation massive contre le projet de réforme des retraites, trois jours après celle de la RATP : un collectif de professions libérales manifeste aujourd'hui contre la disparition annoncée de leurs régimes autonomes, programmée par le gouvernement. Nous vous expliquons dans cet article les raisons de leur mécontentement et les conséquences attendues de cette grève.

13h03 : Rappelons tout d'abord les principales informations de ce lundi matin :

Deux candidats "anti-système", l'homme d'affaires Nabil Karoui, actuellement emprisonné, et l'universitaire Kais Saïed, ont revendiqué hier soir les deux premières places du premier tour de la présidentielle. Les résultats officiels pourraient n'être communiqués que demain par l'instance en charge du scrutin.

Un incendie a fait au moins un mort et deux blessés graves dans une maison de retraite du 16e arrondissement de Paris, dimanche soir. C'est un pensionnaire âgé de cent ans qui est mort intoxiqué.

Un peu plus de 11 000 candidats débutent ce matin les sessions de remplacement du brevet des collèges, qui dureront deux jours. Un nombre dix fois plus élevé qu'une année classique, en raison du bouleversement du calendrier à cause de la canicule en juin dernier.

Un collectif de professions inquiètes pour l'avenir de leur régime autonome de retraites appellent à la grève et à une manifestation aujourd'hui contre le projet de réforme : des infirmiers et médecins libéraux, des pilotes, mais surtout des avocats, chez qui le mouvement s'annonce très suivi.

Vous êtes à nouveau en ligne