Démission de Jean-Paul Delevoye : "Qu'il emporte son rapport et sa réforme en sortant", souhaite Adrien Quatennens

Adrien Quatennens, député La France insoumise, à l\'Assemblée nationale, le 10 décembre 2019. Illustration.
Adrien Quatennens, député La France insoumise, à l'Assemblée nationale, le 10 décembre 2019. Illustration. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Pour le député de La France insoumise, avec la démission du haut-commissaire aux retraites, c'est "l’un des piliers de la réforme des retraites par points qui vient de céder".

"Je forme le vœu, avec La France insoumise, que ce soit la réforme tout court qui soit abandonnée et que sous son bras, en sortant, Jean-Paul Delevoye emporte son rapport et sa réforme", a affirmé ce lundi sur franceinfo Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, après la démission du haut-commissaire aux retraites. En pleine période de mobilisation contre la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a présenté sa démission à Emmanuel Macron, lundi 16 décembre, après une semaine de révélations sur ses activités et mandats non déclarés. Le haut-commissaire aux retraites a reconnu "une légèreté coupable".

"Ce qui intéresse les Français, c'est le contenu" de la réforme

"Avec le départ de Jean-Paul Delevoye, c’est en quelque sorte l’un des piliers de la réforme des retraites par points qui vient de céder", a poursuivi Adrien Quatennens. "Ce qui intéresse les Français, au-delà d’une question de casting, c’est bien le contenu. Et aujourd’hui, cette réforme des retraites par points, les Français ne sont pas dupes, plus ils s’y penchent plus ils comprennent ce qui est en cause (...) Soit vous travaillerez toujours plus longtemps, soit vous aurez une retraite de misère", a dénoncé le député LFI du Nord.

Pour Adrien Quatennens, la démission de Jean-Paul Delelvoye était devenue "inéluctable", après "toutes ses omissions et ses oublis à répétition dans sa déclaration d’intérêts, notamment le fait qu’il était en lien avec le monde de l’assurance, qui contrairement à M. Delevoye n’oublie pas de dire ses intérêts avec la réforme des retraites : les assureurs et les banques se sont réjouis à l’idée que s’applique en France le système par points qui aurait notamment pour conséquence l’encouragement à la capitalisation".

Vous êtes à nouveau en ligne