Rémunération au mérite des fonctionnaires : une "mesure juste" pour Lebranchu

(Marylise Lebranchu est pour la part de mérite dans la rémunération des fonctionnaires © Radio France)

La rémunération au mérite des fonctionnaires, les ministres Emmanuel Macron et Marylise Lebranchu y sont favorables. Sur France Info, la ministre de la Fonction publique a toutefois précisé mardi que cela doit se faire dans le "respect du dialogue social".

Faut-il augmenter la part du mérite dans la rémunération des fonctionnaires ? Le sujet est revenu dans l'actualité après la décision de la mairie de Suresnes, dans les Hauts-de Seine de tester le salaire au mérite pour ses agents, en accord avec les syndicats.  Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, s'est déclaré favorable mardi matin à "accroître la part de mérite" dans la rémunération des fonctionnaires, tout en précisant que la performance des employés du secteur public ne pouvait être mesurée comme dans le privé.

Un avis que partage Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique. Prenant pour exemple la mairie de Suresnes, elle a déclaré mardi midi sur France Info que cette mesure est intéressante parce qu’elle s’est faite dans le dialogue. "Nous avons créé en mai 2014 une prime qui correspond au régime indemnitaire, en prenant compte de la fonction, de la suggestion, des expertises et de l’engagement professionnel, mais aussi de la performance collective. "

"Une mesure juste "

Des pénalités financières sont prévues à l’encontre des salariés qui ne seraient pas assez efficaces. "A l’intérieur de l’enveloppe indemnitaire, ils ont négocié que, pour augmenter la prime possible, 165 euros net par mois, il fallait parfois enlever une partie de cette prime, 90 euros net par mois, à ceux qui ne donnaient pas satisfaction. C’est une vraie négociation sur la répartition d’une enveloppe qui se fait au sein d’une entité de collectivité territoriale", a commenté  Marylise Lebranchu au sujet de l'exemple Suresnes.

Cette part de mérite fait grincer des dents notamment  du côté des députés socialistes. Pourtant, Marylise Lebranchu estime que "c’est une mesure juste ", qui colle à la politique du gouvernement. "L’aspect gauche, c’est l’aspect du respect du dialogue social. "

La part de mérite dans la rémunération est "une mesure juste", explique Marylise Lebranchu à Celyne Baÿt-Darcourt
--'--
--'--

Une pratique "arbitraire"

Pouria Amirshahi, député PS des Français à l’étranger, est contre. "On va évaluer les gens individuellement, en leur disant qu’ils sont plus ou moins performants, mais je ne sais pas qui va décider de cela et je trouve ça arbitraire. A ce jeu-là, on va évaluer les ministres et je ne suis pas sûr que tout le monde est 20/20."

 

Rémunération au mérite des fonctionnaires : une pratique "arbitraire", estime Pouria Amirshahi, député PS des Français à l'étranger
--'--
--'--