Pour Hollande, la garantie des dépôts bancaires "doit être un principe absolu, irrévocable"

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, et le président français, François Hollande, le 26 mars 2013 à l\'Elysée.
Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, et le président français, François Hollande, le 26 mars 2013 à l'Elysée. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le chef de l'Etat affirme que le plan de sauvetage de Chypre est "spécifique, unique, exceptionnel".

Si certains dépôts bancaires vont être ponctionnés à Chypre, cela n'arrivera jamais en France. C'est en tout cas le message que souhaite faire passer François Hollande. La garantie des dépôts bancaires doit être "un principe absolu, irrévocable" au sein de l'Union européenne, a souligné le président de la République, mardi 26 mars, lors d'une conférence de presse avec le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.

Pour bien évacuer tout parallélisme entre Chypre et la France, François Hollande a affirmé que le plan de sauvetage de Chypre était "spécifique, unique, exceptionnel".

Une directive européenne en gestation à Bruxelles

Le chef du gouvernement espagnol, dont le pays bénéficie aussi d'un plan de sauvetage, a également assuré que le plan d'aide européen pour Chypre était "exceptionnel" et différent de ceux des autres pays de l'Union européenne.

Mardi, le commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, a affirmé qu'une nouvelle directive européenne pourrait prévoir la mise à contribution des dépôts bancaires de plus de 100 000 euros en cas de sauvetage d'une banque, plutôt que de mettre à contribution les Etats membres, donc les contribuables européens.

Vous êtes à nouveau en ligne