VIDEO. Lettre des citoyens de la Convention citoyenne à Emmanuel Macron : "Ils sont inquiets parce qu'ils ont vu ce détricotage", estime Éric Piolle

FRANCEINTER / RADIOFRANCE

Le maire EELV de Grenoble accuse le président de défendre "le monde de l'argent". Il regrette notamment qu'on s'occupe d'un "plan de relance, là où il faudrait un plan de protection et un plan de transition".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les citoyens de la Convention citoyenne sur le climat ont compris qu'Emmanuel Macron protégeait "le monde de l'argent", a estimé mardi 13 octobre sur France Inter Éric Piolle, le maire EELV de Grenoble, au lendemain d'une lettre adressée par les membres de la convention citoyenne au chef de l'État, pour lui rappeler ses engagements.  

"Les 150 citoyens de la Convention citoyenne sur le climat ne sont pas rassurés. Ils sont inquiets parce qu'ils ont vu ce détricotage. Ils ont vu quelle est la chose qui est protégée par Macron, c'est le monde de l'argent", estime le maire de Grenoble, qui cible notamment deux mesures en place depuis le début du quinquennat, la suppression de l'ISF et la flat tax, mais aussi les entreprises qui continuent de verser des dividendes, tout en recevant les aides de l'État. 

On ne peut pas à la fois ne pas lutter contre les inégalités et lutter pour le climat. La question environnementale et la question sociale sont intimement liées. 

Éric Piolle, maire EELV de Grenoble

à France Inter

Le maire EELV compare Emmanuel Macron à Nicolas Sarkozy : "Nicolas Sarkozy s'était lancé avec le Grenelle de l'environnement. Et puis, au bout de deux ans, il a dit 'Bon, l'écologie ça commence à suffire'. Macron finalement, il a fait pareil : il a essayé de se lancer après les 'gilets jaunes', avec les discussions qu'il avait eues avant avec Nicolas Hulot. Il n'y arrive pas et le naturel revient au galop", estime le maire de Grenoble, faisant référence aux propos du président de la République, qui avait ironisé sur "le modèle amish" des écologistes. 

"La France n'est pas une start up géante"

"La France n'est pas une start up géante. La France est une nation", continue Éric Piolle. "Nous avons besoin un projet national, qui nous porte tous, plaide l'élu. Ce projet passe par l'éducation, l'économie, que chacun ait un travail et une utilité sociale qui lui permette de vivre, par la santé et surtout de façon majeure par la lutte contre le climat, qui était extrêmement fédérateur comme projet de société". Le maire de Grenoble regrette d'ailleurs "un plan de relance, là où il faudrait un plan de protection et un plan de transition".

Vous êtes à nouveau en ligne