VIDEO. François Bayrou nommé haut-commissaire au Plan : "Le choix du 'recasage' d'un ex-ministre recalé pour cause d'affaire", juge Olivier Faure

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

Le premier secrétaire du Parti socialiste rappelle que l'ancien ministre de la Justice avait dû démissionner au début du quinquennat à cause d'une affaire d'emplois fictifs au sein du MoDem. 

"C'est le choix du 'recasage' d'un ex-ministre recalé pour cause d'affaire", a déclaré Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, jeudi 3 septembre sur franceinfo, à propos de la nomination de François Bayrou comme haut-commissaire au Plan.

>>> Plan de relance : l'objectif du gouvernement est de créer 160 000 emplois l'année prochaine, déclare Jean Castex. Suivez notre direct 

"Chacun a bien compris que l'idée était de redonner un statut à François Bayrou pour lui permettre d'être totalement dans le jeu et essayer de réparer la blessure initiale quand il a dû démissionner du gouvernement", a ajouté Olivier Faure. La nomination de François Bayrou intervient plus de huit mois après sa mise en examen le 6 décembre dernier dans l'affaire des emplois présumés fictifs de son parti. Au début du quinquennat, le leader centriste avait dû jeter l'éponge après 34 jours au gouvernement comme garde des Sceaux en raison de l'ouverture d'une enquête préliminaire dans cette même affaire.

"Désormais, on peut être mis en examen, on peut avoir des affaires, ça n'est plus un problème pour Emmanuel Macron qui maintient au gouvernement ou qui nomme des gens qui sont dans cette situation", a déploré Olivier Faure, tout en reconnaissant que "techniquement", François Bayrou "n'est pas au gouvernement" et qu'il n'est "pas rémunéré".

Sur l'idée d'un commissaire au Plan, je la partage, même si c'est assez rare de planifier en fin de quinquennat. Et j'aurais préféré que cette idée-là vienne plus tôt si elle avait vraiment un sens dans la tête du président de la République. 

Olivier Faure

à franceinfo

Interrogé sur France 2 mercredi soir, le patron du MoDem, fidèle soutien du chef de l'Etat, a réfuté l'idée selon laquelle il a été nommé haut-commissaire au Plan pour préparer la réélection d'Emmanuel Macron. Olivier Faure n'est pas convaincu : "On sait très bien que là où il sera il cherchera à aider le président de la République à devenir candidat puis à nouveau président."

Vous êtes à nouveau en ligne