Pétrole : faute d'investissements, il y a risque de "pénurie" à partir de 2020

L\'Agence internationale de l\'énergie (AIE) redoute une \"pénurie\" de pérole à partir de 2020 (illustration).
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) redoute une "pénurie" de pérole à partir de 2020 (illustration). (MAXPPP)

Va-t-on manquer de pétrole prochainement ? L'Agence internationale de l'énergie tire la sonnette d'alarme et redoute une "pénurie" à partir de 2020.

Dans son rapport "Pétrole 2017" publié lundi 6 mars, l’Agence internationale de l'énergie (AEI) a lancé une mise en garde sur l’offre mondiale de pétrole qui pourrait avoir du mal à répondre à la demande à partir de 2020.

Le pétrole n'est pas une énergie du passé

Même si la part des énergies renouvelables est en croissance, le pétrole a encore de beaux jours devant lui. Avec 7% de croissance annuelle, le renouvelable devrait s'établir autour de 20% de la consommation d'énergie d'ici 2040. A cet horizon, le pétrole devrait représenter 70% du marché. Mais à quel prix ? La question agite le secteur, d'autant que l'Agence internationale de l'énergie s'alarme d'un risque de pénurie à partir de 2020. Le président de l’Union française des industries pétrolières (UFIP), Francis Duseux, n’est pas étonné de ces perspectives. "Ces trois dernières années, toutes les grandes compagnies ont réduit de quasiment de moitié leurs investissements dans l’amont du pétrolier", déclare-t-il, en prévenant que "des projets ne verront pas le jour en 2020". C'est donc le mécanisme classique de l'offre et la demande qui va jouer.

La demande continue à augmenter chaque année, donc on va se retrouver avec un déficit de production de pétrole par rapport à la demande. Les prix augmentent et on va vers un choc pétrolier.Francis Duseux, président de l'Ufipà franceinfo

Pour éviter la pénurie, des investissements vont être nécessaires, avec la reprise des prospections, mais à la condition que les compagnies s'y retrouvent financièrement et donc que le pétrole soit plus cher.

Pétrole : faute d'investissements, le risque d'une "pénurie" à partir de 2020 - un reportage de Guillaume Gaven
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne