Natixis confirme la suppression "d'environ 700 postes"

Le logo de Natixis, le 14 avril 2012, à Paris. La banque doit supprimer environ 700 postes d\'ici 2015.
Le logo de Natixis, le 14 avril 2012, à Paris. La banque doit supprimer environ 700 postes d'ici 2015. (LOIC VENANCE / AFP)

Ces suppressions de poste devraient concerner essentiellement la France. Le groupe exclut cependant tout licenciement.

Natixis coupe dans ses effectifs. La banque d'investissement, filiale du groupe BPCE (Banque Populaire-Caisse d'Epargne), a confirmé, mercredi 16 octobre, la suppression "d'environ 700 postes", essentiellement en France. Selon les syndicats, la direction avait évoqué deux jours auparavant la suppression de 700 à 1 000 postes d'ici à 2015.

Le groupe va "engager mi-novembre des discussions sur les activités dont l'adaptation au contexte économique et réglementaire nécessiterait des adaptations de l'emploi", précise Natixis. Le groupe affirme qu'il privilégiera les mobilités internes et exclut tout licenciement contraint. 

"Personne ne se retrouvera à Pôle emploi", a affirmé le délégué syndical central SNB (Syndicat national de la banque et du crédit). "L'accord sur l'emploi est basé sur le double volontariat, c'est-à-dire que seront concernées les personnes qui souhaitent partir et dont la direction accepte le départ."

Des activités plus touchées que d'autres

Les principales suppressions devraient toucher l'activité de banque de grande clientèle, qui concerne les entreprises, investisseurs institutionnels, banques..., selon Les Echos. Les autres métiers, en particulier ceux portés par les filiales, sont soit stables (l'épargne, la gestion d'actifs, le crédit-bail), soit en phase de recrutement (crédit à la consommation, affacturage), poursuit le journal.

Un syndicaliste CGT regrette cependant "de ne pas encore connaître le plan stratégique de Natixis qui nous permettrait de juger du bien-fondé de cette réorganisation". Déjà, 1 300 postes ont été supprimés entre 2008 et 2009, alors que Natixis compte environ 14 000 salariés en France.