VIDEO. En Autriche, une réforme sociale frappe les travailleurs immigrés

BRUT

Le gouvernement conservateur autrichien a mis en place une réforme censée minorer les allocations familiales des travailleurs immigrés. Une mesure très controversée. 

"Je peux vous garantir que nous ferons tout pour mettre fin aux abus de l'immigration", clame Sebastian Kurz. Le chancelier conservateur autrichien a mis en place une loi particulièrement contraignante pour les travailleurs non-nationaux. 

En effet, depuis le début de l'année en Autriche, si un travailleur immigré laisse ses enfants vivre dans son pays d'origine, ses allocations sont abaissées en fonction du coût de la vie de ce pays. À titre d'exemple, si l'enfant d'un ressortissant roumain vit toujours en Roumanie, le travailleur touchait 172 euros de prestations sociales. Aujourd'hui il ne perçoit plus que 85 euros. 

Les pays frontaliers à l'Autriche ayant un coût de la vie plus faible, les sommes soustraites à ces allocations sont considérables. Pourtant, qu'ils soient nationaux ou étrangers, les travailleurs cotisent autant pour leurs prestations sociales.

Une réforme pointée par l’Union européenne

"L'un des principes fondamentaux de l'Union européenne est que les citoyens sont traités de façon égale sans établir de distinction sur la base de leur nationalité", rappelle la commissaire européenne chargée des Affaires sociales Marianne Thyssen. Une procédure d'infraction a été engagée par la Commission européenne pour annuler cette réforme sociale qui ne respecte pas les principes de l'Union. Les travailleurs étrangers étant très nombreux en Autriche, cette nouvelle loi concernerait 150 000 enfants.

Vous êtes à nouveau en ligne