Un fonds Google pour "l'innovation numérique de la presse"

(Mark Blinch Reuters)

Le fonds pour l'innovation numérique de la presse Google-AIPG a été lancé officiellement ce jeudi. Créé pour une durée de trois ans, il doit financer des projets innovants présentés par les titres de presse français, à hauteur de 20 millions d'euros chaque année. Il s'agit du compromis trouvé après le conflit entre le moteur de recherche et les éditeurs, qui lui reprochaient de ne rien leur verser des bénéfices réalisés sur la mise en ligne de leurs articles.

Le compromis avait été trouvé in extremis le 1er février dernier, au terme d'une réunion à l'Élysée entre le patron de Google Eric Schmidt et François Hollande. Google avait alors annoncé la mise en place d'un fonds de 60 millions d'euros, sur trois ans, destiné à récompenser les projets numériques innovants de la presse française. Les éditeurs de presse français se plaignaient que le géant américain ne leur verse pas une partie des dividendes perçus sur leurs contenus en ligne.

Sept mois et demi plus tard, le fonds pour l'innovation numérique de la presse Google-AIPG (pour Association de la presse d'information politique et générale) vient d'être lancé ce jeudi, avec un site Internet dédié. Pour prendre la tête du fonds, Ludovic Blecher, jusqu'à présent directeur numérique de Libération.

Première étape : dépôt des projets

Le fonds instaure plusieurs critères pour retenir des projets jugés innovants. Pour être retenu, un projet - émanant d'un média national, régional ou pure player - devra se démarquer par son aspect innovant en matière numérique. Cela peut concerner la technologie, l'offre au lecteur/internaute, son "impact potentiel " ou "la production originale de contenus éditoriaux et journalistiques ", selon Google et l'AIPG. Le financement maximum d'un projet est plafonné à deux millions d'euros. Date limite de candidature : le 10 octobre prochain.

Vous êtes à nouveau en ligne