Sur France 2, Nicolas Bedos s'invente une liaison avec Valérie Trierweiler

(La dernière blague de Nicolas Bedos : un faux livre sur une fausse relation avec Valérie Trierweiler © MaxPPP)

Dans une émission de la chaîne publique mercredi soir, l’humoriste a présenté un livre sur son histoire d’amour avec Valérie Trierweiler, avant de révéler le canular et ses raisons. Il n’est pas sûr que le CSA qui s'est saisi de l'affaire lui dise merci pour ce moment.

Sur un plateau de l'émission de France 2, Un soir à la tour Eiffel , mercredi soir, les caméras se sont attardées pendant plus d’une demi-heure sur deux fauteuils et un long face à face entre l’animatrice Alessandra Sublet et le comédien Nicolas Bedos. Le ton est sérieux quand l'humoriste raconte sa relation avec la compagne de l'ancien président de la République. C'était une blague, à dessein. 

Les sentiments déchirés sont inventés

L’humoriste vient présenter son dernier livre intitulé Les serments déchirés où il raconte sa liaison avec Valérie Trierweiler, un épisode passionnée. La présentatrice lit très sérieusement un extrait de l’ouvrage.

"Cette femme, pourtant plus âgée que moi, m’envoie des regards d’orpheline. En deux heures, nous passons des insultes aux tendres griffures dans le dos."

La supercherie ne sera révélée qu’à la fin de l'émission. Le canular est complet, le livre n'existe pas, la liaison est une invention. Tout cela était une (étonnante ?) manière, explique Nicolas Bedos, de dénoncer la peopolisation de la vie politique.

A écouter►►►l'émission-canular revue par Céline Asselot

"Le livre et la liaison n'existent pas " : Céline Asselot
--'--
--'--

Le CSA est saisi

La séquence a provoqué une série de réactions sur les réseaux sociaux. Est-ce une blague salutaire pour tenter de séparer les mondes de la politique et de la vie privée ou un canular totalement inapproprié sur une chaîne de télévision du service public ?

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'est saisi de l'interrogation en précisant qu'il se prononcera "très vite ". 

Les avis sont partagés sur le choix de France 2, mais au lendemain de l’émission controversée, la direction de la chaîne a dit "assumer " ce canular, en ajoutant que son programme Un soir à la tour Eiffel est une "émission de divertissement ". Mercredi soir, tout le monde n'a pas souri. Christine Boutin par exemple, prend la présentation du livre au pied de la lettre et la présidente d'honneur du Parti chrétien démocrate ars'en émeut sur twitter. 

Une sanction ou des poursuites ? 

Emmanuel Pierrat, avocat au barreau de Paris et spécialiste de la culture, de l’édition et de la communication rappelle que la chaîne a signé des engagements et parmi eux, le respect de la vie privée. Or selon ce juriste, "il y a manifestement une atteinte au droit des personnes "et l'humour ne peut pas dédouanner les acteurs de la blague.

"Que l’histoire soit vraie, inventée ou fausse, cela n’a aucune conséquence sur les incidences juridiques."

"En théorie, il n'y a pas de droit à l'humour" (Emmanuel Pierrat, avocat)
--'--
--'--

  

Vous êtes à nouveau en ligne