Roméo Langlois, ex-otage des Farc, remporte le Prix Albert-Londres 2013

Roméo Langlois, lors d\'une conférence de presse à Bogota en Colombie, après sa libération par les Farc le 30 mai 2012, au terme de 33 jours de captivité.
Roméo Langlois, lors d'une conférence de presse à Bogota en Colombie, après sa libération par les Farc le 30 mai 2012, au terme de 33 jours de captivité. (MAXPPP)

Le journaliste a été capturé en avril 2012 par des guérilleros des Farc alors qu'il réalisait qui le reportage primé vendredi.

Roméo Langlois, ancien otage des Farc en Colombie, correspondant de France 24, a reçu vendredi 10 mai la plus prestigieuse récompense du journalisme francophone, le prix Albert-Londres 2013, pour son reportage vidéo "Colombie : à balles réelles". Le journaliste du Nouvel Observateur, Doan Bui, a quant à lui été primé pour son reportage à l'écrit "Les naufragés du rêve européen".

Le reportage de Roméo Langlois, 36 ans, récompensé par ce prix relate une opération antidrogue de l'armée colombienne qui tourne au fiasco et à l'issue de laquelle le reporter passera 33 jours dans les mains de la guérilla des Farc en avril 2012.

"Passé douloureux"

"J’ai été très heureux et très honoré d’apprendre que j’avais remporté le prix Albert Londres", explique Roméo Langlois à France 24. Et il ajoute : "J’ai aussi des sentiments très mélangés. Gagner ce prix m’a aussitôt replongé dans ce passé douloureux. J’ai beaucoup repensé au sergent Cortès, chargé d’assurer ma sécurité, qui a perdu la vie pendant le tournage. Je lui dédie ce prix."

La journaliste Doan Bui a été récompensée pour un reportage sur les "fantômes du fleuve", chronique des immigrants illégaux qui tentent de gagner l'Europe en traversant le fleuve séparant la Turquie et la Grèce. "Depuis plus de dix ans, en France et à l’étranger, elle est partie à la rencontre des victimes de la crise et de la mondialisation, dont elle dépeint brillamment les travers dans son livre Les affameurs, et de tous les exclus à qui elle donne une voix", écrit l'un de ses confrères du Nouvel Observateur"Légers ou graves, Doan Bui sublime les sujets qu’elle raconte. Ce prix récompense sa grande sensibilité et son immense talent. Pour ceux qui la côtoient, il est tout sauf une surprise."

 

Vous pouvez retrouver un dossier complet consacré au prix Albert-Londres sur le site Geopolis.

Vous êtes à nouveau en ligne