Révocation de Mathieu Gallet : la ministre de la Culture se défend d'avoir influencé le CSA

La ministre de la Culture Françoise Nyssen, à Paris, le 23 janvier 2018.
La ministre de la Culture Françoise Nyssen, à Paris, le 23 janvier 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Françoise Nyssen s'est exprimé dans "Le Journal du Dimanche". Pour elle, l'instance "a tranché en toute indépendance".

La ministre de la Culture se défend dans Le Journal du Dimanche daté du 4 février. Après l'éviction de Mathieu Gallet, Françoise Nyssen nie avoir influencé le CSA. Pour elle, le Conseil supérieur de l'audiovisuel "a tranché en toute indépendance. Il a considéré que les conditions n’étaient plus réunies pour que Mathieu Gallet reste à la tête d’une entreprise publique après sa condamnation en première instance".

"J’ai exprimé l’exigence d’exemplarité"

Avant que l'instance ne se prononce, la ministre avait jugé, auprès du Monde"inacceptable" le maintien de Mathieu Gallet à son poste. "J’ai exprimé une parole politique. Celle que porte une ministre en exercice, a-t-elle insisté auprès du JDD. J’ai exprimé l’exigence d’exemplarité absolue à laquelle les dirigeants politiques et les dirigeants d’entreprises publiques doivent se conformer."

"Je fais la part des choses. Je distingue le bilan de Mathieu Gallet à la tête de Radio France, qui est bon, et l’épilogue judiciaire qui a conduit à sa révocation", a ajouté François Nyssen dans les colonnes du Journal du Dimanche.

Vous êtes à nouveau en ligne