Rachat de journaux par Tapie : Mennucci demande une commission d'enquête

(Maxppp)

Le député socialiste de Marseille Patrick Mennucci a écrit au président du groupe PS à l'Assemblée Bruno Le Roux pour lui faire part de ses doutes sur les conditions du rachat de quatre journaux du sud de la France par Bernard Tapie.

Dans son courrier, Patrick Mennucci pose toute une série de questions "sur les conditions dans lesquelles cette transaction a pu avoir lieu."

Il demande notamment comment le groupe Hersant Médias "a pu atteindre un endettement aussi important auprès de 17 banques ? (...) Comment est-il possible que ces prêts aient pu être consentis sans qu'aucune garantie n'ait été prise sur les biens personnels des membres de la famille Hersant, par ailleurs richissime ? "

Et le député socialiste de Marseille de s'interroger, sur la base d'articles parus dans la presse, sur l'administrateur judiciaire en se demandant "si l'ensemble des groupes qui se sont interessés à la reprise de GHM ont été traités également par l'administrateur judiciaire ", lequel selon "des  articles de presse ", "serait lié à Me Lantourne, l'avocat de Bernard  Tapie et de GHM".

Bref selon Patrick Mennucci, une commission d'enquête parlementaire devrait  se pencher sur d'éventuelles manouvres qui "limitant la concurrence, ont fait diminuer le prix d'acquisition".

"Quand on est dans la clarté, on n'a rien à craindre d'un travail
parlementaire"

Le député de Marseille a reçu ce lundi le soutien de* Jean-Jacques Urvoas, le président de la commission des lois de l'Assemblée nationale : "Il y a une transaction qui n'est pas anodine. On voudrait être certain que le droit a été respecté et qu'il n'y a pas de contournement. Quand on est dans la clarté, on n'a rien à craindre d'un travail parlementaire."*

 

Quant au patron des députés PS, Bruno Le Roux estime que "Patrick Mennucci pose des questions très sérieuses sur le groupe Hersant, sur le tribunal de commerce, sur l'action de Bernard Tapie qui méritent des réponses". Il indique que "dès la rentrée parlementaire (à la mi-janvier, ndlr), (il) en discutera avec les responsables du groupe socialiste. On verra si la réponse est la constitution d'une commission d'enquête", ajoute-t-il. 

Vous êtes à nouveau en ligne