VIDÉO. Animateur culte, conteur, producteur, mari "bigame"... Les multiples vies de Pierre Bellemare

L'animateur est mort, samedi 26 mai, à l'hôpital Foch, à Suresnes (Hauts-de-Seine).

A 88 ans, Pierre Bellemare est mort samedi 26 mai à l'hôpital Foch, à Suresnes (Hauts-de-Seine), après avoir marqué de son empreinte l'histoire de la radio et de la télévision française. En plus de six décennies, ce boulimique de travail a cumulé plusieurs vies sur lesquelles franceinfo s'est penché.

Le populaire animateur de télévision

Dès l'âge de 18 ans, Pierre Bellemare, qui a perdu sa mère un an plus tôt et vient de rater son bac, plonge dans le monde du travail, comme technicien à la radio. Six ans plus tard, Jacques Antoine, célèbre créateur des jeux télévisés qui vont faire es grandes heures de l'ORTF, le propulse devant la caméra.

Pierre Bellemare gravit rapidement les échelons. Il anime dans les années 1960 et 1970 des émissions restées cultes : "Vous êtes formidable", "La Tête et les jambes", "Pas une seconde à perdre", "La Caméra invisible" ou encore, rappelle Le Point, "Cavalier seul". Un futur Premier ministre, Laurent Fabius, alors jeune énarque, y fera d'ailleurs sa première apparition à la télé, en 1970, en simple candidat.

L'intarissable conteur de fait divers

Parallèlement, à la radio (Europe 1) comme à la télé, Pierre Bellemare se taille rapidement une réputation d'extraordinaire conteur de faits divers, maintes fois parodié, jamais égalé. "Pour bien raconter un fait divers, il faut être tous les personnages à la fois à l’antenne : le commissaire qui interroge, le coupable qui répond, la femme du coupable qui ne comprend pas…" racontait-il en 1982 à France Soir.

Exploitant le filon, il transforme ses milliers de récits en succès de librairie, sous les titres Histoires extraordinaires, Nouvelles histoires extraordinaires, Crimes de sang, Crimes passionnels... Il affirme, selon Le Point, en avoir écoulé plus de 10 millions d'exemplaires.

Le créateur du télé-achat en France

Il a le talent de transformer en or tout ce qu'il touche, et de sentir les créneaux porteurs. La télé ne veut plus de lui au milieu des années 1980 ? Trop daté, trop ancien monde ? Indifférent aux lazzis, Pierre Bellemare rebondit en créant sur TF1 la première émission de télé-achat.

"Je me suis dit que le moyen d’aller le plus loin dans la privatisation de TF1 était de vendre des objets à la télévision. J’étais complètement en phase avec Francis Bouygues et Patrick Le Lay qui ont tout de suite compris le concept. Nous avons démarré le télé-achat en mai 1987 et, en octobre, nous avions déjà un retour sur investissement. Extraordinaire…" racontait-il, cynique et amusé, à France Soir en 2011.

Le "bigame" à la vie privée un temps agitée

Sa vie privée aussi était un roman. Dans son autobiographie parue en 2016, Ma vie au fil des jours, il confiait avoir vécu pendant douze ans une double vie d'homme "bigame". D'une part avec Micheline, qu'il avait épousée et dont il avait deux enfants, Françoise-Louis et Pierre (junior). De l'autre avec Roselyne, une danseuse dont il tomba fou amoureux en 1960, et dont il a eu une fille.

Pierre Bellemare s'est expliqué dans Paris-Match sur ses deux familles : "Quand Maria Pia naquit le 7 décembre 1970, je louais un grand appartement pour y loger ma seconde famille. Devenu bigame, je jonglais avec les horaires pour tenter d'être présent dans mes deux foyers... Mais comme on peut l'imaginer, cette double vie, loin de me satisfaire, m'enfermait dans un sentiment de culpabilité et de duplicité insupportable. Je n'avais dès lors d'autre choix que de clarifier la situation." Il attendra 1970 pour tout avouer à son épouse, et la quitter pour Roselyne.

L'infatigable chroniqueur

La santé de Pierre Bellemare, rappelle Le Figaro, "s’était fragilisée en 2011, l’année où il a été victime d’un malaise cardiaque. Depuis, il s'était fait poser un pacemaker et se déplaçait avec une canne." Il a néanmoins continué à travailler : intervenant aux "Grosses têtes", sur RTL, jusqu'en 2013, puis, comme chroniqueur, dans une émission de Cyril Hanouna sur Europe 1, "Les Pieds dans le plat", et, en 2016-2017, en tenant sur France Bleu Périgord (région où il possédait une maison) une chronique sur ses "Histoires extraordinaires". Et en avril dernier, souligne Le Point, "il figurait encore au générique d'un documentaire de Canal + célébrant les 25 ans de 'Groland'".

Vous êtes à nouveau en ligne