Didier Destal, le psychiatre de "Loft Story", est mort

Le psychiatre Didier Destal à Paris, en février 2005.
Le psychiatre Didier Destal à Paris, en février 2005. (AURELIE AUDUREAU / MAXPPP)

Le thérapeute, dont le rôle au sein de l'émission de téléréalité avait suscité de nombreuses controverses, est mort dimanche à l'âge de 63 ans, d'une crise cardiaque.

Didier Destal, qui avait été le psychiatre de l'émission "Loft Story", première émission française de téléréalité, diffusée sur M6, est décédé dimanche 4 mars d'une crise cardiaque à l'âge de 63 ans. Thérapeute spécialisé dans la psychologie des adolescents et des relations familiales, Didier Destal dirigeait ces dernières années l'unité d'hospitalisation psychiatrique de l'hôpital du Clos Bénard, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). 

En 1980, Didier Destal et la psychologue Elida Romano avaient créé l'Association pour la promotion et la recherche sur les thérapies familiales (APRTF). Au sein de l'émission "Loft Story", lancée en 2001, il apportait dans chaque épisode un éclairage psychologique sur les tribulations des "lofteurs", dont Loana, Jean-Pascal, Laure, Steevy et Kenza. Il avait participé à la sélection des candidats et suivi les onze personnages jusqu'à la finale. Sa popularité avait été telle que plusieurs fan-clubs s'étaient constitués.

Une participation controversée à "Loft Story"

Mais le psychiatre avait été au centre de la vive polémique entraînée par l'émission et notamment par le "confessionnal", où les candidats faisaient part de leurs états d'âme : il avait été reproché à Didier Destal de se porter caution d'un programme dangereux pour l'équilibre psychique des candidats, tout en plongeant le téléspectateur dans un univers abêtissant. 

Dans son livre Les Miroirs du Loft (Plon, juillet 2001), il était revenu sur cette aventure cathodique, dressant un portrait de la jeunesse du moment et affirmant notamment : "La gestion de l'image personnelle est devenue une donnée essentielle de la société d'aujourd'hui." Professeur à Sciences-Po, le thérapeute y avait créé une cellule d'écoute psychologique consacrée au mal-être étudiant, à la fin des années 2000.

Vous êtes à nouveau en ligne