"Ma gratitude est immense", confie le journaliste Pierre Ménès après sa double greffe

Le journaliste Pierre Ménès sur le plateau du \"Canal Football Club\" sur Canal+, le 27 mars 2016, à Paris.
Le journaliste Pierre Ménès sur le plateau du "Canal Football Club" sur Canal+, le 27 mars 2016, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Le journaliste sportif, toujours hospitalisé après une greffe de foie et de rein, a donné une interview à Europe 1, lundi.

"Si je n'avais pas été greffé le 12 décembre, je pense que je serais mort aujourd'hui", a confié Pierre Ménès au micro d'Europe 1, lundi 2 janvier. Le chroniqueur de l'émission de Canal+ "Le Canal Football Club", absent de l'antenne depuis plusieurs mois, avait dévoilé sur les réseaux sociaux, le 24 décembre, avoir été sauvé par la double greffe d'un rein et d'un foie.

"Il faut que je réapprenne à marcher"

Pierre Ménès est toujours hospitalisé dans l'établissement parisien où il a été greffé. Il est revenu pour la radio sur les mois qui ont précédé son opération. "Ce n'était pas gagné, plus les mois de patience augmentaient, plus mon état s'affaiblissait, notamment au niveau de mes vaisseaux. Quand j'ai été opéré le 12 décembre, j'étais à l'extrême limite de l'inopérable. Il a fallu qu'il y ait quatre génies de chirurgiens pour me sortir de là", explique-t-il.

Le journaliste a tenu à saluer une nouvelle fois la famille de son donneur d'organes anonyme. "C'est mon foie, c'est mon rein, maintenant je sais à qui je le dois et ma gratitude est immense. C'est le don ultime de donner la vie avec la mort d'un proche, c'est extraordinaire", poursuit-il. S'il est sauvé, Pierre Ménès assure être encore "très faible""Maintenant, il faut que je réapprenne à marcher, ce que je ne faisais plus depuis des mois parce que j'étais devenu un légume", raconte-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne