M6 entre dans la guerre des JT

M6 lance lundi 7 septembre son 1er JT du soir à partir de 19h45, en direct, présenté par Claire Barsacq, 28 ans, debout

M6 lance lundi 7 septembre son 1er JT du soir à partir de 19h45, en direct, présenté par Claire Barsacq, 28 ans, deboutM6 lance lundi 7 septembre son 1er JT du soir à partir de 19h45, en direct, présenté par Claire Barsacq, 28 ans, debout

Le chaîne, qui veut se positionner comme une grande chaîne généraliste, s'est refusée à fournir des objectifs d'audience pour son "19/45", qu'elle veut installer "dans la durée".

"Un journal télévisé, ça ne se déprogramme pas", avait assuré Bibiane Godfroid, directrice des programmes de M6, lors de la conférence de presse de rentrée, fin août.

"Il vaut mieux commencer un peu plus bas et monter plutôt que monter et descendre - et je peux vous donner des exemples", a confié pour sa part Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6.

"L'info comme vous la vivez " : c'est le slogan de ce nouveau journal télévisé présenté debout et en jeans, par Claire Barsacq, venue du magazine "Zone Interdite" pour traiter toute l'information du jour en seize à dix-huit minutes. Une durée qui n'a pas été choisie au hasard par Jérôme Bureau. Le patron des magazines et de l'information de la chaîne est allé voir dans d'autres pays ce qui se faisait déjà et a préféré aussi pour des raisons de coût un gros quart d'heure à la grosse demi-heure des autres chaînes généralistes.

Mais l'ancienne "petite chaine qui monte" ne risque-t-elle pas aujourd'hui de faire de l'ombre aux journaux télévisés de TF1 et France 2 ?

Réponse des directrices de l'information des deux chaînes : "Rien de ce qui a été fait jusqu'à présent n'a déstabilisé les journaux de TF1", a déclaré Catherine Nayl, en marge de la conférence de presse de rentrée du groupe.

"Nous ne commentons pas ce que fait la concurrence", a déclaré de son côté Arlette Chabot, ajoutant qu'il lui paraissait peu probable que M6 ouvre son journal sur l'Iran comme est susceptible de le faire France 2.

"On sera plutôt axés sur la vie quotidienne, on n'est pas sur Arte", a reconnu Nathalie Renoux, présentatrice des éditions du week-end. "L'ouverture sur l'actualité internationale n'est pas notre voie naturelle, sauf quand elle s'impose d'elle-même".

Quoi qu'il en soit, M6 qui ne veut pas entrer en concurrence frontale avec ses grandes rivales sur la tranche du soir ne dispose pas des mêmes moyens : son budget consacré à l'information, selon Les Echos, est d'une quinzaine de millions d'euros quand TF1 affiche 100 millions d'euros, hors LCI et hors magazines d'information.

Côté rédaction, M6 annonce 60 journalistes, plus une dizaine de bureaux à l'étranger, quand TF1 dispose de 230 cartes de presse pour ses éditions de 13 heures et 20 heures, peut-on lire lundi dans le quotidien économique.

Alors que dans l'univers médiatique la pression de l'audience est omniprésente, il est difficile d'imaginer que le "19-45" de M6 fasse moins que les 10% de part d'audience de son ex-Six minutes, soit 2 millions de téléspectateurs.

Vous êtes à nouveau en ligne