Luc Chatel porte plainte après la publication d'une vraie-fausse interview de lui

(Norbert FALCO/Le Dauphine Libere/Photopqr Maxppp)

Erreur d'aiguillage ou vrai canular ? Le site Atlantico, croyant interviewer Luc Chatel, a questionné un homonyme, en l'occurrence journaliste, qui ne s'est pas fait prier. L'ex-ministre dénonce "une manipulation inacceptable".

S'agit-il d'une "manipulation" comme le clame l'ex-ministre Luc Chatel ? Ou d'une simple blague de l'homonyme Luc Chatel ? Celui-ci affirme dans Rue89 que c'est le site Atlantico qui l'a joint par email et qu'il s'est alors prêté au jeu sans révéler sa véritable identité et en prenant bien soin de leur livrer (toujours par email) "des réponses improbables bourrées de fausses citations ". Citations, en vrac, de Einstein, Lao Tchou ou... Sylvie Vartan. 

Atlantico n'y a vu que du feu, publiant un article de deux pages intitulé "Luc Chatel : 'Les humanistes et libéraux veulent se tourner vers l'avenir, plutôt que de se positionner par rapport à Nicolas Sarkozy '". Article supprimé depuis, même si le cache Google de la première page encore visible sur le web permet de s'en faire une petite idée et que Rue89 a soigneusement consigné la suite depuis disparue. Où le vrai-faux Chatel, interrogé sur ses rapports avec le centre et l'UMP, cite Sylvie Vartan : "Chacun chez l'autre, et c'est la foire. Chacun chez soi, voilà notre histoire ". 

L'ex-ministre Luc Chatel n'a évidemment que peu goûté la tournure de cette interview.  Il dénonce sur twitter "une manipulation inacceptable" e t annonce qu'il va porter plainte contre X pour usurpation d'identité. 

Reste les raisons de ce canular. L'usurpateur a-t-il profité d'une bourde d'Atlantico pour faire une plaisanterie, comme il le raconte ? Ou est-ce lui qui a joint délibérement le site internet pour jouer un mauvais tour au site Atlantico et/ou à l'ancien ministre ? Ce Luc Chatel n'est pas un simple quidam. Il est journaliste et semble s'intéresser de près aux relations entre presse et pouvoir. Son dernier ouvrage s'intitule : Médias : la faillite d'un contre-pouvoir

 

Vous êtes à nouveau en ligne