Le quotidien populaire France Soir va passer au tout-numérique abandonnant son édition papier.

(Marcel Jolibois / Photononstop)

France Soir, l'un des grands quotidiens français créés à la Libération, s'apprête à abandonner sa version papier pour tenter de survivre sur le web, plombé par ses pertes abyssales et un tirage en chute libre, lui qui comptait plus d'un million de lecteurs du temps de Pierre Lazareff dans les années 50 et 60.

France Soir, l'un des grands quotidiens français créés à la Libération, s'apprête à abandonner sa version papier pour tenter de survivre sur le web, plombé par ses pertes abyssales et un tirage en chute libre, lui qui comptait plus d'un million de lecteurs du temps de Pierre Lazareff dans les années 50 et 60.

89 supressions de poste vont être oppérées, selon les syndicats, à l'approche d'un comité d'entreprise extraordinaire qui doit se tenir vendredi.

Dans un communiqué diffusé lundi, les salariés de France Soir ont indiqué avoir décidé, par 84 voix sur 90, de ne pas faire paraître le journal daté du mardi 11 octobre et de ne pas alimenter le site internet en articles.

"Les salariés de France Soir refusent le scénario envisagé de la disparition du titre à brève échéance accompagnée d'un grand nombre de licenciements", indique le communiqué des salariés. En proie à des difficultés financières, France Soir, qui compte 116 salariés aujourd'hui, avait obtenu un sursis de quatre mois le 29 août grâce au feu vert donné par le tribunal de Commerce de Paris à l'ouverture d'une procédure de sauvegarde.

La procédure de sauvegarde permet à une entreprise qui n'est pas en cessation de paiement de se mettre à l'abri de ses créanciers le temps de se restructurer. La direction n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

Une première

Depuis son rachat par le jeune Russe, fils d'un puissant oligarque, près de 100 millions d'euros ont été injectés sans pour autant faire décoller les ventes. Plusieurs directeurs de la rédaction se sont succédé. La directrice générale de longue date, Christine Vulvert, qui avait la confiance des actionnaires successifs, avait été remerciée en novembre 2010.

A l'époque, le nouveau propriétaire estimait à environ 2 millions d'euros les pertes mensuelles. "Je remets chaque mois de l'argent en compte courant", confiait-t-il. En 2010, France-Soir a réalisé un chiffre d'affaires de 17 millions d'euros en 2010, essuyant une perte d'exploitation de 31 millions. L'année précédente, le chiffre d'affaires était de 9,6 millions avec des pertes de 12,9 millions.

Si France Soir passait au "100% web", il serait le premier quotidien national en France à quitter le support papier. France Soir comptait dans les années 1960 quelque 400 journalistes, dont des signatures prestigieuses comme Joseph Kessel et Henri Amouroux. Il pulvérisa les ventes en novembre 1970, avec plus de 2,2 millions d'exemplaires pour la mort du général de Gaulle.
Vous êtes à nouveau en ligne