Le policier de l’émission "Strip tease" écarté

(Radio France © France Info)

Filmé en train d'utiliser la méthode forte pour remettre de jeunes délinquants dans le droit chemin, le patron de la police municipale des Lilas (Seine-Saint-Denis) vient d’être démis de ses fonctions. Une enquête préliminaire est en cours…

Le patron de la police municipale des Lilas (Seine-Saint-Denis) vient d’être limogé pour avoir porté "atteinte à l'éthique et à la déontologie des missions de service public", explique le maire de la ville, Daniel Guiraud (PS). En cause, le comportement du policier, alors qu’il était en fonction dans une autre commune, à Yerres (Essonne).

Un reportage diffusé dimanche dernier sur France 3 dans l’émission Strip tease montre la manière dont le fonctionnaire suivait certains adolescents de Yerres pour les "préserver de la délinquance". Dans l'une des scènes, il fait basculer la chaise sur laquelle est assis un ado, puis se retrouve penché au-dessus de lui, ce qui peut laisser penser qu'il est en train d’étrangler le jeune homme.

"Je ne l'étrangle pas, mais je tiens par le colbac", se défend le fonctionnaire. Arnaud Libert se targue d’avoir ainsi "aidé" une trentaine de jeunes, dont une bonne part d’anciens délinquants, dans trois communes où il a exercé. "Quand je secoue les mômes, je leur mets pas de baffes, je les tape pas réellement, je les secoue, je leur dit que je suis pas content", explique l’ex-policier dans une vidéo diffusée par le site de l'émission, après de nombreuses réactions sur le forum internet.

S’il admet que la méthode puisse être "critiquable", selon lui "elle marche" ! C’est ce qu’il invite à constater dans les deux derniers volets du documentaire, résultat de plusieurs mois de tournage, diffusés dimanche prochain sur France 3.

En attendant, le parquet d'Evry a ouvert une enquête préliminaire, au vu des présumés "manquements déontologiques", voire des "violences illégitimes sur un mineur" qui sont filmées.

Gilles Halais avec agences

Vous êtes à nouveau en ligne