Le Japon ne chassera pas la baleine à bosse

(Radio France © France Info)

Le pays avait annoncé le mois dernier qu'il allait chasser 50 spécimens ; il a finalement renoncé. L'Australie voisine avait fait part de son vif mécontentement...

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ce n'est peut-être pas la plus spectaculaire des baleines. Mais la baleine à bosse est une espèce menacée. D'où l'émotion qui s'est emparée des défenseurs de la nature quand le Japon a annoncé, le mois dernier, une nouvelle campagne baleinière un peu particulière : un millier de bêtes chassées, dont 50 baleines à bosse. Une première depuis les années 60.

“Il est vrai que l'Australie a exprimé son vif mécontentement” explique le porte-parole du gouvernement. Maintenant que le Japon a abandonné ce projet, “j'espère que cela débouchera sur de meilleures relations avec l'Australie.”
Car la tension était montée d'un cran. L'Australie avait annoncé en début de semaine qu'elle allait envoyer un patrouilleur militaire et un avion de reconnaissance, pour surveiller la flotte des baleiniers japonais.
Sans attendre, les associations écologistes, Greenpeace et Sea Shepherd, avaient déjà envoyé chacune un navire sur place.

Pour autant, le Japon ne va pas abandonner totalement ses campagnes de pêche. Son but reste toujours de tuer un millier de baleines, pour la plupart de l'espèce minke, plus petite, officiellement à des fins scientifiques. Malgré un moratoire international en vigueur depuis 1986.

Guillaume Gaven (avec agences)

Vous êtes à nouveau en ligne