La liberté d'Internet garantie par l'autorité de régulation américaine

(La décision de l'autorité de régulation américaine d'interdire l'internet à plusieurs vitesses s'impose dans tous les pays © Maxppp)

Les Etats-Unis donnent l'exemple dans le débat controversé sur la neutralité du net : interdiction de bloquer ou de ralentir des contenus, pas d'Internet à deux vitesses. C'est un principe qui garantit un accès égal pour tous les utilisateurs d'internet. Le problème se pose dans tous les pays, et la décision américaine est spectaculaire.

La décision de l'autorité de régulation américaine consacre le principe de liberté d'Internet : la garantie qu'il n'y a pas des clients de première et deuxième classe, qu'il ne suffit pas de payer plus pour être privilégié. En fait, il s'agit de l'épilogue d'une longue bataille entre deux puissants lobbies : les entreprises de la Silicon Valley, celles qui produisent le contenu et les fournisseurs d'accès, ceux qui maîtrisent le tuyau et qui du coup, ont obligation de traiter tout le monde de la même manière. Il ne sera plus possible par exemple, comme cela s'est déjà produit, de ralentir volontairement la vitesse de connexion de Netflix. Une sorte d'impôt numérique pour imposer au célèbre site de vidéos de sortir le carnet de chèques pour satisfaire ses abonnés.

Autoroute de l'information à péage unique

Voilà par conséquent une instance américaine qui donne à Internet le statut de service public. Les Google, Facebook et Microsoft parlent d'un jour historique, d'une victoire de la liberté d'expression. En revanche, les opérateurs téléphoniques dénoncent une entrave à la liberté du marché. Ils vont continuer à contester par tous les moyens cette idée d'une autoroute de l'information à une seule file, et sans péage.