La grève à Radio France reconduite jusqu'à mercredi

Des grévistes participent à une assemblée générale à Radio France, le 7 avril 2015, à Paris.
Des grévistes participent à une assemblée générale à Radio France, le 7 avril 2015, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Lors d'une assemblée générale, mardi, plus de 500 personnes ont voté à l'unanimité, à main levée, la poursuite du mouvement.

Vers une 21e journée de grève. Les syndicats de Radio France ont décidé, mardi 7 avril, de reconduire leur grève pour 24 heures, alors que le président du groupe, Mathieu Gallet, doit annoncer, mercredi, un plan de réduction des effectifs. Lors d'une assemblée générale, plus de 500 personnes ont voté à l'unanimité, à main levée, la poursuite du mouvement. Il s'agit de la grève la plus longue à la Maison ronde.

"Mercredi, lors du CCE [comité central d'entreprise], nous leur dirons que ce projet n'est pas acceptable et que la seule voie est une médiation", a indiqué Jean-Paul Quennesson, du syndicat Sud, lors de l'assemblée générale. "Nous sommes arrivés à un tournant à cause du plan de suppressions d'emplois", a renchéri Lionel Thompson, de la CGT. Les salariés du service informatique ont rejoint la grève mardi. En revanche, après une journée de grève vendredi, le Syndicat national des journalistes se place, mardi, en dehors de ce mouvement.

Mathieu Gallet présente son plan mercredi

Très affaibli, notamment par des révélations sur ses dépenses, Mathieu Gallet présentera, mercredi, lors d'un CCE, son plan stratégique, avec plusieurs mesures d'économies qui visent à redresser les comptes plombés de Radio France, en déficit de 21,3 millions d'euros cette année.

Parmi elles, un plan de 300 à 380 départs volontaires, en priorité pour les seniors, assorti de 50 créations de postes dans des métiers qui, jusqu'ici, n'existaient pas à Radio France.

Vous êtes à nouveau en ligne