L'UMP a remplacé le 25 janvier l'image censée illustrer "la délinquance des mineurs" sur son site Internet

La une du site UMP dimanche 24, avec un groupe de jeunes Noirs pour illustrer \"la délinquance des mineurs\"
La une du site UMP dimanche 24, avec un groupe de jeunes Noirs pour illustrer "la délinquance des mineurs"

Comme le soulignait Arrêt sur images, le parti majoritaire avait au départ choisi un groupe de jeunes Noirs pour illustrer un débat intitulé "délinquance des mineurs : en finir avec l'angélisme".Lundi 25 janvier, l'image avait été remplacée par celle d'un jeune cagoulé dont émerge une main blanche.

Comme le soulignait Arrêt sur images, le parti majoritaire avait au départ choisi un groupe de jeunes Noirs pour illustrer un débat intitulé "délinquance des mineurs : en finir avec l'angélisme".

Lundi 25 janvier, l'image avait été remplacée par celle d'un jeune cagoulé dont émerge une main blanche.

Nouvel intitulé aussi pour le débat, rebaptisé : "nouvelles délinquance des mineurs : quelles solutions ? ".

La photo a été ôtée alors que la polémique s'amplifiait sur le Net, et que le président de la République était l'invité le lundi soir d'une émission spéciale sur TF1.

Ces jeunes Noirs présentés en délinquants étaient les seuls représentants de la "diversité" -pour reprendre une expression gouvernementale- sur la page d'accueil de l'UMP.

Tournure politique
Le 27 janvier, le porte-parole adjoint de l'UMP, Dominique Paillé a répondu à une interview du site d'informations Le Post afin de répondre aux différentes déclarations venues du PS, des Verts et du Cran.

Dominique Paillé s'est dit "assez surpris" par l'ampleur prise par la polémique. "La photo en question n'est pas la seule qui illustre ce débat. Elle fait partie d'un ensemble de trois ou quatre clichés. Et sur le site, ces photos tournent", explique-t-il. "Ce n'est pas parce qu'il y a des Noirs sur la photo qu'il y a stigmatisation!", argue-t-il.

De son côté, l'eurodéputé Harlem Désir, membre de la direction du PS, avait dénoncé dans un communiqué "une très grave faute morale". "Cet énième dérapage, sur le site même du parti majoritaire, est odieux et illustre une nouvelle fois les dangers de la surenchère entre l'UMP et le Front National à la veille des élections régionales".

-> Lire aussi :

Vous êtes à nouveau en ligne