Homophobie : après "le mur de la honte", le journal "L'Union" publie "le mur de l'espoir"

Une des affiches de la campagne gouvernementale de prévention du Sida.
Une des affiches de la campagne gouvernementale de prévention du Sida. (BORIS HORVAT / AFP)

Après avoir publié un "mur de la honte" mercredi, qui compilait les messages homophobes laissés par des internautes sur le site du journal, "L'Union" fait paraître jeudi "un mur de l'espoir", qui regroupe des messages de soutien.

Le journal L'Union, qui paraît en Champagne-Ardenne, publie jeudi 24 novembre une compilation de messages de ses lecteurs, intitulée "le mur de l'espoir". Elle fait suite au "mur de la honte", paru mercredi, qui compilait des commentaires homophobes en réaction à la campagne de prévention contre le Sida, dont les affiches ont subi des dégradations dans les rues de Châlons-en-Champagne.

"Luttons tous contre l'homophobie"

"Deux hommes qui s'embrassent et la Toile s'embrase", écrivent jeudi les journalistes de L'Union au début de ce "mur de l'espoir" "Heureusement, face aux actes et propos à caractère homophobe, d'autres internautes s'opposent à la haine. La rédaction a décidé de les mettre, eux aussi, à l'honneur. Après le mur de la honte, place à celui de l'espoir."

La page n'est visible que dans l'édition de Châlons-en-Champagne, comme celle de la veille. Elle compile vingt commentaires laissés par des internautes sur le site de L'Union. "La bêtise humaine ! Luttons tous contre l'homophobie", "Homophobe = race de primate sous-développée", ou encore "Aucun respect... Certains devraient se racheter des neurones", ont écrit plusieurs internautes.

Dans toutes ses éditions de jeudi, le journal consacre une page à l'explication de son choix de la veille "d'afficher les visages de la haine". Les journalistes y détaillent les différentes étapes qui ont mené la rédaction à réagir, après avoir constaté que de "nombreux internautes déversaient des insanités sur les homosexuels". Le journal précise que ces propos sont punis par la loi.

Vous êtes à nouveau en ligne