Hommages et témoignages après la mort de Francis Tyskiewicz

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Il était, certes, l'un des responsables de France Info. Mais Francis était aussi -surtout ?- l'âme et la mémoire de cette maison, qu'il avait contribué à créer en 1987. Il aimait par dessus tout quand l'actualité s'emballait, nous obligeant à bouleverser la grille des programmes de France Info. Evénements internationaux, actualité politique, mouvements sociaux, compétitions sportives : il traquait, dans le flux quotidien des informations, ce qui pouvait donner lieu à une édition spéciale, ces moments où selon lui la radio prend sa véritable dimension.

Francis allait avoir 57 ans. Toute la rédaction de France Info pense à sa compagne Virginie, à ses enfants François, Céline et Zoé, et à toute sa famille.

              
                    L'hommage de ses collègues et amis :

- Jean-Luc Hees, président de Radio France :

Francis
Tyskiewicz aurait eu 57 ans le 3 février prochain.
Il nous a quittés la nuit
dernière et c’est un immense malheur.
Pour les siens : sa compagne, ses
enfants, ses petits-enfants, sa mère. Et puis, très égoïstement, pour nous tous.

Le choc est tellement inattendu que nous restons sidérés et terriblement
tristes.
La rédaction de France Info pleure un ami, un confrère.
Un homme
qui vivait pour son métier grâce à l’humour, cette politesse du désespoir paraît-il.

Au delà de l’équipe de Philippe Chaffanjon, c’est toute la famille
Radio France qui est en deuil et en grand chagrin.
Depuis deux ans et demi,
après une carrière exemplaire au sein du groupe, à France Bleu et à France Info,
Francis occupait le poste de Directeur adjoint de notre chaîne d’information,
dont il était le Directeur de la rédaction.
Radio France présente ses
condoléances à la famille et aux innombrables amis de Francis. Les journalistes
de notre maison, qui aimaient Francis depuis 32 ans, ont besoin de votre soutien
et de votre affection.

- Grégory Philipps, envoyé spécial permanent à Jérusalem :

Francis,

J'ai eu la chance de
travailler à tes côtés, jusqu'au printemps dernier. Je me souviens
comment dans
ton bureau (toujours ouvert), je t’écoutais imaginer tel ou tel projet
de
reportage, souvent des trucs un peu dingues et qui au final faisaient,
comme tu
disais, de la "belle radio".

Après le passage de
Katrina en Louisiane, je t’entends encore : "t’irais pas faire
Mardi-Gras à la
Nouvelle Orléans, et si il y a pas d’hôtel on te trouvera un
camping-car ?
"  Ou lors d’un hiver
particulièrement vigoureux : "ça te dirait pas de partir là,
maintenant, dans
le Cantal, dans des villages isolés par trois mètres de neige. Et si la
voiture
de location n’a pas de pneus neige, et bien tu nous raconteras ça à
l’antenne !
"  A chaque fois, ça te
faisait marrer de nous voir partir en reportage. Et nous on était
heureux de
concrétiser tes idées à l’antenne. Je pense très
fort à toi et à toute la famille d’Info.

- Hélène Lam Trong, journaliste à France Info :

Comme Greg, je
confirme : ta porte était toujours ouverte. Tu es de ceux qui
m'ont appris à faire de la "belle radio" et à transformer une idée une bonne
idée. Un vrai chef à tous
points de vue. Tu vas nous
manquer.
- Pascal Delannoy, ancien directeur de France Info :

Francis,

Une première rencontre -un premier souvenir dans une liste si longue- quand dans les derniers jours de mai 87 nous préparons, dans la fébrilité , la naissance de France Info.  Merci à Jérôme Bellay; grand chef d'orchestre, de  nous avoir demandé, à l'un et à l'autre, de rejoindre la belle formation qu'il a décidé de créer. Dès le lundi 1er juin nous le ressentons immédiatement : la musique qui se penche sur ce berceau est belle. Nous ne savions pas encore qu'elle sera   -oui  j'ose le dire - magique...
Les années qui ont suivi nous ont comblé. De succès en épreuves, dans un effort permanent, nous avons vibré, avec toute l'équipe, pour que l'aventure soit  exemplaire…Elle  l'a été. Elle le reste.

Compagnons de fortune, souvent, d'infortune parfois, nous avons partagé la même passion pour l'info, pour nos auditeurs et pour  la vie, avec en prime, nos éclats de rires...
Devant moi, ce sale lundi matin, la belle photo de l'une de nos campagnes de pub : un astronaute se promène tout là haut. "Pourquoi être  partout ?" proclame  l'affiche, et la réponse : "France Info, pour gagner son temps".

Prends  ton temps, Francis, là où tu es désormais. Je te souhaite de poursuivre ta route dans un ciel aussi bleu.

- Cécilia Arbona, grand reporter à France Info :

Tyskiewicz,

 Je ne t'ai jamais appelé
Francis et je ne vais pas commencer aujourd'hui. Ce serait artificiel et tu te
dirais "Oh, oh !!! on a un gros problème avec Arbona, elle ne va pas
bien...
"
Tu m'as offert mes plus
beaux reportages, à 200 mètres de la maison de la radio pour un micro-trottoir
ou à 10.000 kilomètres de Paris.
Il n'y avait pas de petit
ni de grand sujet
pour toi et tu avais l'art de distribuer les bons sujets aux bonnes
personnes.
Tu adorais dire "tiens, et
si tu nous trouvais une famille pour suivre tel ou tel évènement ?
" C'était
vraiment ta marque de fabrique ça, l'actualité vue par de vrais gens en les
questionnant chez eux avec respect et considération.
Tu m'as fais confiance, tu
t'es montré patient et à l'écoute lorsque j'étais journaliste en province et ici
à France Info.
Tu as souvent supporté mes
coups de gueule, tu as consolé mes pleurs, tu as partagé mes doutes, tu m'as
encouragée, tu as assisté, amusé, à mes emballements excessifs.

Nos échanges sur la vie,
l'amour et le football vont énormément me manquer.
PS : en plus tu as oublié
que tu devais être
mon témoin de mariage imaginaire avec ton ami, ton complice, ton frère... tu sais
JV. Mais si, V...celui que tu imitais si bien en remontant le col de ta
chemise. Celui qui partageait nos petit-dej à Pékin ou Johannesbourg dans ses
shorts flottants de la grande époque de Saint-Etienne.
Sois en paix où que tu sois
ce soir. Gros bisous.
- Jean-Marie Cavada, député européen, ancien président de Radio France :
Comme beaucoup d'entre nous tous, je suis consterné par la brutalité
de cette disparition. Je me permets de vous demander, parmi les  
nombreux messages de sympathie que vous aurez reçus, d'être mon  
intermédiaire auprès des personnels de Radio France en général, et de France Info en particulier pour dire toute la tristesse que m'inspire  
ce décès. Je partage profondément votre chagrin, et les étapes d'un  
long deuil qu'il faudra pour que la figure de cet homme si attachant  
trouve sa place désormais dans nos mémoires et nos coeurs. 

- Anne de Freitas, attachée de production à France Info :

De doux souvenirs… Ta fantaisie et, parfois, ton air sérieux…De belles aventures radiophoniques débutées en région parisienne, étendues à la France puis à l'international...
Tu vas me manquer pour continuer ces tours du monde des vies, de la vie...

- Patrick Lallemant, ancien rédacteur en chef à France Info :

Francis,

Je me
suis longtemps demandé par quoi commencer. Jusqu'à ce que quelqu'un évoque la
"lueur amusée" dans ton œil. Et, finalement, il est sans doute là
le fil rouge de nos trente ans communs : dans la petite lueur amusée de
ton regard. C'est en tout cas ce qui, à mes yeux, te représente le mieux, ce
qui illustre le mieux nos innombrables, interminables et invraisemblables
délires et rigolades. Et c'est comme ça que je t'imagine encore en train de
nous contempler, élégant, avec une petite lueur amusée dans les yeux.

Mais
pour le coup, la mienne est un peu noyée aujourd'hui. J'ai du mal à me dire que
je n'entendrai plus tes "ma poule " et autres "elle est
top
", que nous ne commenterons plus les situations du RC Lens et de VA,
que tu ne me donneras plus de nouvelles de la radio que j'aime encore si fort,
que nous n'enflammerons plus les dance floors de nos arabesques chaloupées,
qu'on ne fera plus de bowling, que tu ne me planteras plus en slip de bain sous
la pluie à Monaco, que nous ne boirons plus de mauresques, qu'il n'y aura plus
de tarot, que nous n'expliquerons plus les accords de Schengen à trois heures
du matin, rue de la Roquette, en nous faisant passer pour des douaniers, que
nous n'échangerons plus de polars, que nous ne chercherons plus ta voiture
pendant trois jours après une fête, que tu ne te moqueras plus de mes chemises
ou de mes coupes de cheveux...

Au-delà
de mon chagrin, il y a Virginie et Zoé. Elles peuvent compter sur nous, comme
Céline et François s'il et elle le souhaitent. Tu
étais mon ami, mon frère, et ça fait mal.

- Marie-Eve Malouines, chef du service politique de France Info :

Évidemment, les
mots me manquent, cher Francis. De l’extérieur,
France Info ressemble à une machine à débiter de l’info, inlassablement, sans
commentaire personnel, presque sans affect. De l’intérieur,
c’est une vraie famille, une chaleur humaine, du plaisir à travailler, à se
retrouver ensemble, à rire, à s’accrocher parfois, puis à se moquer de
nous-mêmes, à faire notre métier en somme, avec passion, mais sans trop se
prendre au sérieux, avec humilité et ambition à la fois.

Cet état
d’esprit, Francis l’a modelé depuis les débuts de France Info, avec son œil
malicieux, ses imitations si justes et si drôles, et puis son flegme pendant les
spéciales. Il organisait l’improvisation du direct sans s’énerver, avec juste
cette dose d’excitation qui nous entrainait tout en rassurant. Tys a semé cet
état d’esprit, il refleurira toujours. Nous avons
tellement de chagrin, pour lui,  pour
Virginie, pour ses enfants, pour sa maman, pour nous.  Mais nous allons tous nous serrer les coudes,
parce que grâce à Francis et Pascal, avec Philippe aujourd’hui, cet état
d’esprit est ancré en nous. 

- Valéry Lerouge, France 2, ancien de France Info :

Francis,
Voilà plus de 4 ans que j'ai quitté France Info, et curieusement je me sens orphelin ce soir. Je ne suis pas le seul. Tu étais certes un bon chef, mais tu étais plus que cela : le ciment d'une équipe, le patriarche d'une grande famille, l'animateur au sens étymologique-celui qui donne de l'âme- à une radio. La confiance que tu nous accordais nous poussait à nous dépasser. Tu es le premier à m'avoir donné ma chance sur "Info" et donc dans ce métier. Je ne l'oublierai jamais. Quand j'étais en petite forme, tu  me répondais malicieusement "tu t'écoutes trop, Lerouge "... Mais ce soir, je t'assure que ça n'est pas feint : j'ai vraiment mal. Mal au coeur.

- Philippe, journaliste à France Info :

Pour qui témoigne-t-on, pour soi, pour les autres, pour celui qui est parti ? Toujours est-il que je veux aussi soulager mon coeur et que j'aimerais te dire un mot de cette toute première cuite, secrète, bien avant mes premiers pas à Info. Nous nous sommes marrés comme des baleines pendant des heures, en se foutant pas mal de qui nous pouvions être dans "le civil", réunis par hasard à un moment parfait pour cela. Puis tout s'est évaporé, jusqu'au nom de la personne qui nous avait fait nous rencontrer et dont j'essaie de retrouver le nom depuis un an et demi. Tu vas rire, je m'en suis enfin souvenu ce soir. J'aurais aimé te taper sur l'épaule et te le dire, mais tu l'as certainement oublié toi aussi. Le lendemain soir tu m'as appelé d'un bar, la rumeur couvrait presque ta voix, nous devions nous rejoindre et puis... je ne sais plus trop. Depuis deux Francis cohabitaient, à la radio et dans ma mémoire, un peu comme quand on a rêvé de quelqu'un et qu'on le croise le lendemain matin. A sa manière, le second, celui qui avait les habits de l'autorité et de la sagesse, était également furtif. Croisé souvent, l'oeil pétillant ou taiseux, et capable comme personne de mots justes, quand il le fallait. Je garde les derniers que tu m'as dit très précieusement. Je n'oublierai pas. Je ne t'oublierai pas.

- Jocelyne Jean, journaliste au service des sports de France Inter :

Son  œil pétillant, un sourire ironique jamais loin, cette façon de tirer, l'air de rien, le meilleur de vous. Les souvenirs affluent , joyeux, parties de bowling qui se terminent en chorégraphie de clodettes, tennis mémorable, rigueur et inventivité dans l'air conditionné glacial du média center des J.O de Pékin. Je pense à vous fort, amis d'Info, vous qui allez devoir continuer sans lui.

- Bernard Lehut, RTL :

J'ai connu un Francis d'avant le journalisme. C'est celui que je souhaite
évoquer aujourd'hui. Nous sommes nés à une rue de distance dans la même petite
ville du Nord, Escaudain, au pied des derniers chevalets de mine et des terrils.
Francis était mon aîné de 2 ans. Nous avons fréquenté les mêmes écoles puis nous
sommes entrés aux Éclaireurs de France, lui toujours devant, moi toujours
derrière. En contrebande des chants de veillée, Francis fut, entre autres
souvenirs, mon initiateur à la pop et à la musique psychédélique de ces
années-là. Impossible, encore aujourd'hui, d'écouter "Ummagumma" ou "More" des
Pink Floyd sans entendre ses commentaires enthousiastes. "Le grand frère" de la
rue d'à côté est vivant...à jamais.

- Anne Brucy, directrice du réseau France Bleu, et ses équipes:

Nous avons tous été abasourdis par la disparition de Francis. Ses qualités professionnelles et humaines sont unanimement reconnues et appréciées a France Bleu où il a laissé de beaux souvenirs partout où il est passé. Comme vous, nous pleurons la perte d'un être cher.
Nous le regretterons et nous sommes de tout cœur avec vous.

- Yves Le Rolland, producteur à Canal + :

On n’a
jamais bossé ensemble. Dommage. Mais beaucoup plus important encore, on a passé
tellement de soirées à se marrer, à refaire le monde , à se moquer des
journalistes, des humoristes, des politiques, des prétentieux, des
incompétents, de nous-mêmes, de la vie quoi !! Mais là, t’as poussé le
bouchon un peu trop loin pour moi, alors laisse moi encore un peu de temps et
je te promets que quand j’arrive on recommence comme avant. Et cette fois-ci on
s’attaquera au paradis !

- Frédéric Métézeau, journaliste au service politique de France Culture :

Mon premier contact avec Francis fut un entretien d'embauche. Il dirigeait l'information de France Bleu et, une fois intégré à France Bleu Nord, il m'avait dit "tu vas voir, c'est bien cette région ". Mon dernier échange fut porte B vendredi dernier, je retournais en reportage à Lille et il m'avait dit "tu as de la chance, ça va être bien ". Entre ces 9 ans, quelques cafés, quelques échanges, quelques discussions sur sa région de naissance devenue ma région d'adoption. Comme tant de gens du Nord il était ouvert drôle et pudique. J'adresse toute mon affection à ses amis du Nord, de Fréquence Nord, de France Info et de partout ailleurs. Et surtout à sa famille.

 

- Michel Polacco, secrétaire général de l'information du groupe Radio France :

On déjeunait ensemble mi-janvier. On se voyait au moins une fois par semaine. On avait le goût du rire, mais lui le talent. Il semblait aimer la vie, et en rire mieux que moi. La radio va être moins drôle. Et les mauvais moments seront plus difficiles à passer. Adieu l'ami!

- Jérôme Bertin, ancien présentateur à France Info :

Je suis ému d'apprendre le décès de Francis Tyskiewicz. J'ai commencé à
présenter le journal sur cette antenne sous sa responsabilité, en 1994. Et je me
souviens de sa gentillesse, son humour et son exigence. Un jour, pendant les
attentats à Paris, j'avais un peu perdu les pédales lors d'un rappel des titres
particulièrement stressant. J'étais allé trop vite
et avais donné une mauvaise information. Une erreur professionnelle de jeunesse
qui aurait pu me valoir d'être viré. Il est gentiment venu me voir dans le
studio, m'a regardé pour me faire comprendre qu'il avait entendu. J'ai senti mon
sang se glacer, persuadé que j'allais être viré en sortant du studio. Il m'a
alors fait un clin d'oeil et un grand sourire. Et derrière, il m'a expliqué avec
la plus grande gentillesse que, même sur France Info, il vallait mieux attendre
d'être sûr de l'info plutôt que de vouloir être le premier à la donner et
risquer se tromper. Une grande leçon dont je me suis souvenu chaque jour que
j'ai exercé ce métier. Je n'ai jamais oublié cet instant où ce grand Monsieur
aurait pu tirer un trait sur ma carrière de journaliste. Je pense à lui, à sa
famille et à tous ceux qui l'ont connu professionnellement et qui
l'admirent.

- Philippe Périlhou, rédacteur en chef à France Info :

Francis,
Au cours d'une vie professionnelle il y a des
personnes que l'on rencontre - elles ne sont pas si nombreuses - dont on sait
qu'elles compteront pour toujours. Tu en faisais partie, pour moi et pour
beaucoup d'entre nous à France Info qu'il est désormais bien difficile
d'imaginer sans toi.
Ton flair, ton professionnalisme, ta créativité
vont nous manquer. Tes conseils aussi et ton humour. Je te vois encore le
matin, un café à la main juste avant la conférence, à commenter l'actu et le
travail que nous avions produit. Et j'entends ces grands éclats de rire que 
déclenchaient les histoires que tu savais si bien raconter avec cet incroyable
don que tu avais de nous imiter les uns et les autres. C'était drôle et souvent très juste car tu savais nous percer au plus profond. Cela pointait parfois nos
insuffisances, nos défaillances. Mais ce n'était jamais cruel car tu avais
cette qualité rare de toujours traiter les gens avec humanité et bienveillance.
Aujourd'hui les mots sont faibles pour dire combien
nous sommes tristes. Un  monde s'est écroulé. Plus rien ne sera comme avant.
- Elodie Gueguen, journaliste au service "Police-Justice" de France Info :
Encore aujourd’hui, les mots me manquent. Qu’aurait été cette radio sans ton flair incroyable et cette anticipation
de l’actu qui était ta marque de fabrique ? Hier matin, avant d’apprendre la
terrible nouvelle, je t’avais imaginé à la conférence de rédaction,
t’interrogeant sur l’éventuelle couverture de l’épisode neigeux qui allait
toucher le centre de la France. Quel angle
original allais-tu nous trouver ? Dans quel village isolé allais-tu envoyer un
reporter ? Tu auras toujours su garder ce souci des régions, des "vrais" gens,
de leurs vrais problèmes. De la vraie vie en somme.

Tel un capitaine, tu étais là pour nous faire garder le cap en cas
d’égarement. Tu savais distiller de précieux conseils et trouver à chaque fois
les mots qui rassurent. Qu’il est difficile d’imaginer le long couloir de France Info sans t’y
voir déambuler, avec ton flegme apparent, les lunettes coincées sur le bout du
nez, l’œil malicieux de celui qui s’apprête à faire ou à dire une bêtise. Ton
humour souvent noir et décapant, tes histoires, tes imitations nous manqueront.
C’est un vide immense.

- Jean-Michel Blier, France Télévisions, ancien de France Info :
C'est avec beaucoup de tristesse et de  douleur que j'ai appris hier  la mort
de notre ami Tys. Nos relations ont toujours été courtoises et  pleines
d’humour.
- La société des rédacteurs d'Europe 1 : Très touchés par la disparition brutale de Francis Tyskiewicz, les journalistes d’Europe 1 adressent à sa compagne, à ses trois enfants ainsi qu’aux journalistes de France Info leurs sincères condoléances. À tous ceux qui l’ont connu et aimé, les journalistes d’Europe 1 tiennent à exprimer leur émotion.
- Raphaël Ebenstein, présentateur à France Info :

Salut Francis, difficile d'imaginer France Info sans toi, sans tous ces rires et ces déconnades, sans ta présence rassurante en régie lors des grands événements (je me souviens encore par exemple de l'élection d'Obama), bref sans ce côté sérieux qui ne se prenait pas au sérieux. Si apprécié de tous.
Salut Francis, tu vas vraiment me et nous manquer.

- Jean-Philippe Deniau, chef du service "Police-Justice" de France Inter :

Ses qualités de journaliste et de "manager" de rédaction étaient à la hauteur
des hommages qui lui sont rendus. Sa disparition brutale est d'autant plus difficile à
admettre. Même pour les "anciens" d'Info.

- Alain Pagès, rédacteur en chef à France Info :

Francis,
Ton professionnalisme tout en diplomatie et humanisme
Ta lucidité sur le monde médiatique sans sombrer dans le cynisme  
Ton humour ravageur avec tes imitations inimitables
Ta pudeur cachée derrière tes pirouettes verbales
Vont me et nous manquer à jamais

- Antoine de Galzain, directeur de France Bleu 107.1 :

Francis,

 
J'imagine ton regard
rieur posé sur nous tous depuis ta nouvelle destination. Ce regard bienveillant qui fait
mal aujourd'hui alors qu'il a tant observé, découvert, suggéré,
rassuré. 
Pas loin de 30 ans à
se croiser. Avec toi, il n'était nul besoin de se voir souvent. A chaque
rencontre, c'était comme si la précédente était la veille. Nous avons partagé tant de
joies, de blagues, de rires mais parfois aussi de doutes. Pourquoi était-il
nécessaire que cela se termine dans autant de tristesse?
Tu verrais l'équipe
de France Info depuis ce funeste lundi. Incrédule, assommée, submergée par
une infinie tristesse et pourtant elle assure l'antenne avec cet esprit que tu
as incarné et transmis à beaucoup : le coeur et le talent. Il n'y a pas plus bel
hommage.
- Fabrice Rigobert, journaliste au service des sports de France Info :

Francis a accompagné mes premiers pas à France Info à l'occasion d'un remplacement d'été au service des sports il y a 12 ans. Intimidé dans un premier temps, je suis ensuite rapidement tombé sous le charme de ce personnage de radio hors norme, sur le plan humain comme professionnel. Sans se prendre trop au sérieux, il a toujours su  nous guider. Il savait prendre le pouls de l'actualité et de la rédaction tout en restant à notre écoute, disponible. Un véritable moteur. Il incarnait France Info. Son enthousiasme, son rire, son humour, sa façon de raconter, de retranscrire des conversations, lors de ses fréquents passages au service des sports, ses nombreuses références à sa région d'origine (et au RC Lens!), me manqueront.
Il me manquera tout simplement.

- La rédaction du Mouv' :

A nos amis de France
Info,
 
On s'appelle
quasiment tous les jours, on diffuse vos sujets, vous prenez les notres. On se croise sur le
terrain en reportage et parfois, on prend même l'ascenseur pour venir boire des
cafés ou renforcer vos équipes pendant les vacances.
Toute la rédaction
du Mouv' est très touchée par la
disparition brutale de Francis. On pense très fort à
vous et on vous soutient dans ces moments difficiles.
- Jean-Pierre Laborde, ancien rédacteur en chef à France Info :
C'était mon ami, mon
pote jusqu'au bout... Et aujourd'hui un immense vide. Solide en amitié,
solide à la radio. Bien sûr, il a fait
beaucoup pour France Info, il a surtout fait beaucoup pour nous tous
individuellement. Une grande humanité !

Car bien sûr il
connaissait par cœur la mécanique de la radio, mais il était attentif à chacun,
attentif aux rapports entre les gens. Des idées, de la réactivité, de la
simplicité, une autorité incontestée sans jamais un coup de gueule, de
l'humour, de la dérision. Le talent !

Il allait au bout de l'info
comme il était capable d'aller au bout de la nuit, pour revenir très vite à
l'info, et cette interpellation au copain d'escapade (ou d'embuscade) pour lui
rappeler qu'il était avant tout journaliste à France Info : "t'es
pas d'dans là !
". Ne jamais laisser transparaitre la moindre
fatigue, le moindre état d'âme. L'élégance !
- Raphaëlle Duchemin, présentatrice à France Info :

C'est si rare pour un journaliste de
rester sans voix, de ne pas trouver les mots... Comment dire adieu à un ami quand
il s'en va si brusquement ? Comment dire qu'il y avait encore tant de choses à
faire ensemble, à partager... des rires et des galères ? On est tristes que tu
sois parti. C'est peut-être la seule chose qu'on ne te pardonnera pas. On dit
souvent que nul n'est irremplaçable dans une machine à info comme la nôtre  ;
aujourd'hui je crois qu'on sait tous que c'est faux. On est orphelins mais on
va continuer à faire ce qu'on sait faire de mieux : de la radio, en ayant
toujours, toujours, une pensée pour toi. Salut Francis. Tu nous manques déjà.

- Benjamin Mathieu, attaché de production à France Info :

Une
silhouette dans les couloirs, ton long manteau, ton jean et tes bottines et
surtout ce regard, aussi bien charmeur qu'interrogateur, vif et sympathique,
bienveillant envers nous tous, c'est ça pour moi qui te caractérise, Francis. Ton
humour, les surnoms que tu donnais aux uns et aux autres, les blagues dans les
couloirs, tes jeux de mots, c'est ca que je vais retenir de toi.
Ta présence en régie pour les spéciales, le casque sur
les oreilles comme un chef d'orchestre, veillant à la bonne mécanique de
l'ensemble, distillant consignes et réglant l'ensemble comme une partition
radiophonique, c'est comme ca que je vais me souvenir de toi.

On s'est
connu trop peu de temps, on se parlait peu mais je t'appréciais énormément.
 Pour moi tu étais "Tys" tout simplement et ton départ me m'attriste
profondément. Mes
sincères pensées à la famille.
- Renaud Dély, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur :
Je pense bien fort à vous tous. Francis était un type formidable et je m'associe à votre peine immense.
- Jean-Christophe Martin, journaliste (revue de presse) à France Info :
Il aimait la presse, comme
beaucoup, il aimait feuilleter son journal, et c’était toujours le début
de la journée, et le début d’une aventure. Francis, vous ne le connaissiez pas. Francis, il était là, et
il n'est plus là. Francis, c'était France Info, et parce que des Francis, on
n'en connaît qu'un dans sa vie, on est triste ici à France Info. Et triste,
c'est rien de le dire. Bien sûr, il nous aurait dit, l’air faussement agacé, "bon, y'a
plus grave
". L’œil qui pétille et la lèvre qui frise.

Il nous aurait dit "ça n’intéresse personne… Fais autre
chose…
" Non Francis, désolé, pour une fois tu te trompes, y'a pas plus
grave.

Toi aussi, Francis, tu commençais ta journée avec les journaux,
tout le tas de journaux sur ton bureau, que tu épluchais du bout des doigts,
l’air méfiant, comme si ça allait te brûler, toujours peur de te faire avoir, ou
de rater un truc, et ça te faisait rire ou râler, Francis. Tu cherchais le truc,
le truc pas vu, la petite info bas de page, celle qui en dit plus long, celle
qui nous faisait rire ou râler avec toi. Tellement rire…

Et surtout, en premier, Francis, tout en haut du tas de
journaux, toujours, il y avait l'Equipe. Parce que l'équipe, pour
toi Francis, c'était la vie : l’esprit d’équipe, notre vie avec toi ici à France
Info ou en dehors, et ça faisait un bail avec toi. L’équipe d’abord, c’était comme une équipe de foot ou comme sur
un bateau, la vie des équipiers d’abord, ceux qui se serrent les coudes quand ça
va mal. Bon, hier, tu es passé par dessus bord, et le reste de l'équipe t'as
cherché Francis. Tu n’es plus là mais toujours là, à ta place. Ce matin, comme tous les matins Francis, tu fais ta revue de
presse. Là dans le bureau pas loin, ton tas de journaux t'attend. Au-dessus donc, comme tous les matins, il y a l'Equipe. Et ça te
fait rire, non d’ailleurs, tu étais plutôt le genre à sourire, oh à peine, mais
là dans le bureau pas loin, tes yeux pétillent, avec ce titre de l’Equipe rien
que pour toi ce matin Francis : il y a le mot "paradis". Cela parle de tennis, et ce que ça veut dire, pour une fois,
franchement Francis, ce matin, on s'en fout.

Alors oui Francis, tout à l’heure en arrivant, tu ne vas rien
dire, mais comme d’habitude, en passant comme une ombre, l’air de rien, comme
tous les matins depuis toujours, juste un regard, on va se comprendre, comme
d’hab, tes yeux qui pétillent comme toujours.

- Aurélia de la Tuillerie, technicienne à France Info :

J'ai partagé plein de moments chouette
avec Francis et je suis vraiment très triste de son "départ" et en même temps
très heureuse de l'avoir connu. Je n'ai qu'un truc à dire : "Avec qui je vais
rire maintenant ?"

- Ilana Moryoussef, envoyée spéciale permanente à Moscou :

Pour moi, Francis est lié à jamais aux éditions spéciales qu'il orchestrait avec
une aisance déconcertante, sans jamais perdre son calme, même dans les moments
de grand stress. Et toujours cette lueur amusée dans l'oeil, cette façon de
signifier :"Je fais ce métier sérieusement, mais je ne me prends pas au
sérieux".  Il avait cette
qualité très rare chez les dirigeants : il savait se faire obéir sans jamais
donner l'impression de donner un ordre. Il va nous
manquer terriblement.

- Emmanuel Davidenkoff, chroniqueur à France Info :

Francis, on se croisait plus
qu'on ne travaillait ensemble. Pour autant, ton regard m’était précieux, quand
on se saluait, toutes ces années, ce regard pétillant, présent, encourageant, ce
regard aussi qui disait "fais les choses sérieusement, mais ne te prends pas
trop au sérieux
". Un regard pour qu'on soit des journalistes dignes, au service
des auditeurs, des journalistes respectueux et respectables. Humains.
Je n’oublierai pas.

- Henri Stassinet, directeur de France Bleu Gascogne :

Depuis hier,
même loin de vous, je n'arrête pas, comme vous, de penser à l'impensable, de
ressasser cette terrible nouvelle à laquelle on ne veut pas croire. Je n'arrête
pas non plus de repasser les images des bons moments, des rigolades, des
échanges professionnels, toujours humains, des soirées à parler foot, radio et
vie, que ce soit à Paris ou Atlanta. Je pense à vous tous, qui étaient son
quotidien, et j'ai du mal quand j'entends depuis hier tous ces beaux
témoignages, remplis d'émotion, qui nous rappellent qu'il n'est plus là. La
dernière pirouette de Francis est de loin, la moins réussie, surtout quand on a
toutes les précédentes en mémoire, qui déclenchaient les rires et la bonne
humeur partagée.
Je n'oublie pas
non plus l'homme de radio, toujours riche d'idées, proche de nous, avec qui
boulot et plaisir étaient étroitement liés.
Non,
décidément, ce n'est pas possible, pour une fois, France Info nous a donné une
fausse nouvelle... 

- Mathilde Lemaire, journaliste à France Info :

Un sourire contenu, une lueur pleine de malice dans le regard. Tu avais cet air amusé, presque enfantin que tu dissimulais à peine au moment de proposer un reportage comme on présente une surprise. Il faut dire qu’il y avait de la malice aussi dans tes idées de sujet, tes angles décalés. Si on adhérait, si on embrayait, alors c’était bon… Et on embrayait tous, contents de donner forme à ce que tu imaginais. Tu voulais quelque chose de  différent de ce qu’on entends, de ce qu’on lit ailleurs…  Et  tu avais raison. Promis on va essayer de continuer mais ça ne va pas être facile. Il y avait les silences que tu observais entre tes phrases quand tu venais dans les couloirs raconter la dernière situation cocasse arrivée à l'un d’entre nous. Tout en imitation bien sûr ! Tu ménageais ton effet... pour nous faire rire. Cela marchait et tu aimais ça. Cette fois le silence est tellement plus long tellement plus lourd.  Je suis contente d’une chose aujourd’hui, c’est de t’avoir connu, Francis.  Je pense fort à ta famille, à Virginie.

- Patrick Boyer, France Inter, ancien de France Info :

De là où je suis, malgré le temps et la distance, je témoigne ici de la
présence de Francis. De son travail infatigable sous une allure modeste, d'une économie de
moyens qui lui permettait de tenir longtemps le rythme, et de penser au jour
d'après. De son sourire et de ses réparties décalées qui déjouaient la tension
menaçante.
De sa disponibilité jamais prise en défaut : Francis ne vous laissait
jamais tomber.
S'il y a de la grandeur dans la modestie, Francis a eu ce don de ne se
jamais se prendre au sérieux, de rester lui-même et d'être insensible à la
corruption du pouvoir. C'était un journaliste.
Mais ce fut d'abord Francis.

Pour avoir vécu tant de moments privilégiés sur cette antenne avec lui,
avec vous, j'exprime ici mon chagrin et à l'adresse de l'équipe de France Info,
mes très profondes condoléances.- Stéphane Duault, rédacteur en chef à France Info :
Ce matin encore, je t'ai attendu. Nous aurions parlé de la matinale, du
reporter parti à l'autre bout du monde pour les besoins de l'antenne, tu aurais
pris des nouvelles de chacun d'entre nous. Et puis, nous aurions peut-être
cherché le nom de ce jeune journaliste, venu faire ses armes à France Info, au
cours de ces 25 dernières années, et parti depuis vers d'autres horizons... Ce
jeune journaliste que j'ai un jour été, et qui a tant appris à tes côtés. Et
puis, comme souvent, tu m'aurais raconté une histoire, une belle histoire de
radio, en mimant tes personnages. Tu avais un tel talent. C'était mon fou rire
du matin. Et ma journée était plus belle.
Ce matin, je t'ai attendu et tu n'es pas venu. Tu me manques...
Cruellement, terriblement.
- Jean-Michel Descroix, directeur de France Bleu Limousin :
Moi aussi, je
partage votre peine. Je suis triste
d'avoir perdu un collègue... qui m'a tellement fait rire au travail
! Que ce soit aux
sports ou à la rédaction en chef, on ne comptait pas les heures en sa
compagnie.
Nous, qui avons eu
la chance de le côtoyer, des plus anciens aux plus jeunes, on a vraiment eu de
la chance... De tout coeur avec
vous.
- Vincent Pellegrini, chef du service des sports de France Info:
Tys était le point central de notre rédaction.
Humainement et professionnellement. Son humour, son attention aux autres, sa
finesse psychologique, sa curiosité, sa rigueur nous ont permis, tout au long de
ces années, de vivre heureux à France Info. Heureux de faire notre métier dans
une atmosphère sereine, amicale, chaleureuse. Pas uniquement grâce à Tys. Mais
beaucoup grâce à lui. Il nous revient désormais malgré notre immense chagrin de
reprendre la route qu'il a tracée. Sans lui mais avec tout ce qu'il nous a
apporté et transmis. Avec le souvenir vivace de tout ce que nous avons partagé
avec lui. Salut Tys et merci pour tout.
- Anne-Florence Mignot, responsable de la communication Radio France :
Tchao
Francis ! Depuis ce matin, un état de stupeur envahit les étages
de notre grande maison.
Incompréhension, détresse. Que d'émotions lues dans les
regards...
Pendant 2 ans, tu as dirigé cette radio du 2è étage /
porte F. Tu as marqué France Bleu Ile-de-France de ta patte, dirigé tes troupes
au rythme cadencé des décentralisations et des concerts au Réservoir
Club. Nous
garderons tous en mémoire le Francis qui aimait tant faire rire. Aujourd'hui, tu
nous fais pleurer.
- Charlotte Coblentz, attachée de production à France Info :
Francis,
Rencontrer un directeur qu'on respecte, qu'on admire et qu'on apprécie, ça a été une chance, chance bien trop brève à mon goût, il restait tant à partager, apprendre et toujours rire. Tu laisses un vide immense, ainsi qu'un sentiment de pas assez. Encore des idées, de
l'intelligence et de l'écoute. Encore de l'ouverture d'esprit, de la
passion et de la raison. Nous allons donc nous souvenir de tes allées
et venues dans la rédaction où de ton regard taquin tu cherchais la
nouvelle proie de ta dernière blague. Ta dernière blague va me
manquer.
Sois heureux, tendrement.- Karine Duchochois, chroniqueuse à France Info :

Francis,
Je garderai de toi le souvenir d'un homme discret et mystérieux,
mais surtout le souvenir d'un homme gentil, généreux, qui avait beaucoup d'humour. Comme le chantait Enrico Macias, "les gens du nord ont dans le cœur le soleil qu'ils n'ont pas dehors". C'était toi, ça... Ton cœur était rempli de ce soleil.
Nous ne t'oublierons jamais. Repose en paix.

- Fabienne Bureau, rédactrice en chef de France Bleu Maine :

Toute la
rédaction de France Bleu Maine s'associe à votre douleur à la suite de la
disparition de Francis. Toutes nos meilleures pensées vont vers vous, vers
l'équipe, ses amis et ses proches.
J'ai eu
l'occasion de rencontrer quelques fois Francis ; il laissera le souvenir d'un
immense professionnel, et d'un homme souriant et d'humeur
égale. Son absence à vos
côtés doit être terrible aujourd'hui.
- Marc Crépin, France Culture :
Mon vieux Françis,
"min fiu" comme on dit chez nous... Comment faire maintenant ? Comment rire de toi
sans rire avec toi ?
Le plus simple, le
plus doux, le plus humain, toujours rigoureux et pro.
De notre premier fou
rire à l'antenne jusqu'au plus belles spéciales que tu inventais sous nos yeux,
en passant par ce
Naples-Bordeaux que je n'oublierai jamais.
Ta modestie, ta
fierté de faire une "belle antenne", ton écoute des autres... Autant de
leçons pour nous comme tu aimais à dire.
On t'embrasse, min fiu.
- Delphine Gotchaux, journaliste à France Info :
Francis
Je me souviens de ton regard pétillant, gourmand, sur les gens et le monde, d'une effluve de parfum poivre dans l'ascenseur, de tes lunettes en équilibre , de ta démarche presque aérienne quand tu traversais les couloirs, de ton imitation de Christian avec l'accent du Nord, de tes fous rires pudiques, de cette phrase murmurée :" t'as deux minutes ? " , qui promettait un beau reportage, de tes coups de coeur pour les paroles simples et authentiques des gens interviewés, de ta confiance en nous, de tes mots économes pour dire que ça t'avait plu, de ton enthousiasme, de ton écoute pour les idées même les plus saugrenues, de ton allure élégante, de la lumière dans tes yeux quand tu évoquais Zoé, de tes idées foireuses parfois que tu reconnaissais toujours après coup, de toi je me souviens Francis comme d'un phare...
Alors je suis un peu perdue aujourd'hui sans toi, mais je sais que ta lumière va continuer de m'éclairer longtemps... Et que tu es bien, à ta place, là où tu te trouves.
- Frédérique Ballard, chroniqueuse à France Bleu :
Avec Francis tous les talents pouvaient s’exprimer pour servir la passion de la
belle radio. Travailler à ses cotés à la City Radio devenue France Bleu 107.1
fut un vrai cadeau, une belle rencontre avec un vrai humain, qui manque
déjà.
- Arthur Bédouin, assistant d'édition à France Info :

Mes pensées vont vers sa famille et vers l'équipe de France Info dont Francis est un des piliers fondateurs. 

- Fanny Lechevestrier, France Bleu Ile-de-France :

Je ne travaille pas à France Info mais je pense très fort à vous. Je n'oublierai jamais que c'est Francis qui m'a donné ma chance de faire autre chose que du trafic en m'envoyant sur des opérations spéciales dont lui seul avait le secret.
Toutes mes condoléances à sa famille et à l'équipe de France Info.

- Célyne Bayt-Darcourt, présentatrice à France Info :

Francis,
c'est souvent quand les gens s'en vont qu'on se rend compte qu'ils étaient irremplaçables. Je le découvre depuis l'annonce de ton départ, qui nous laisse à tous un vide immense. Tu étais "l'idée", celle que personne ne trouvait et qui semblait tellement évidente une fois que tu l'avais lancée. Merci de la confiance que tu m'as accordée. Merci pour tes mots - rares et donc précieux - pour dire que tu étais content de ce que tu avais entendu à l'antenne. Merci pour ton humour inégalable. Merci de m'avoir poussée à donner le meilleur de moi-même. Merci pour ta disponibilité.
Ce sera très dur sans toi, j'espère que tu seras fier de nous.

- Eric Dussart, journaliste à La Voix du Nord :

C'est pas pour jouer au vieil ennuyeux, mais je peux dire qu'il y a trente ans,
Tys était déjà un type bien. Et que c'est l'image qu'il a laissée ici.

- Erik Kervellec, chef du service "Police-Justice" à France Info:

Vous savez, une rédaction, c’est en
quelque sorte une seconde famille. Et cette famille là - celle du travail
–finalement on peut la trainer toute sa vie comme un boulet ou en être fier… Ici
à France Info, c’est la seconde option qui marche, pour le plus grand nombre
d’entre nous. Coup de chance ? pas vraiment. Pour qu’une famille fonctionne, il
lui faut en son centre quelque chose qui ressemble plus ou moins à un pilier,
autour duquel tout se positionne. Et dans notre famille à la radio, c’est
Francis qui faisait ça, le "pilier".  Merveilleusement ; dans l’ombre, en ayant
l’air, toujours, de prendre ça à la légère.

Maintenant, c’est sans lui…et cette
tribu-là se sent orpheline. Il disait souvent sur le ton de la
plaisanterie : "Vous verrez, quand je ne serais plus
"… Voilà. On voit. Tu nous manques
cruellement, Tys.

- Valérie Le Nigen, journaliste à France Bleu Breizh Izel :

C'est un petit mot plein de
tristesse, pour vous dire qu'à Brest aussi, je pense à Francis, et à toutes ses
belles années de journalisme partagées. Ses coups de fil à Lille ou
Quimper, pour discuter d'angles précis... Et ces soirées lilloises à jouer au
cartes,  en refaisant le monde... Quel humour, quelle joie de vivre, quel
bonhomme ! J'imagine combien ce deuil est
difficile pour vous.
- Sébastien Baer, grand reporter à France Info :

Ces images, comme un flash-back… 11.09.2001. Francis, aux commandes, casque sur les oreilles, en régie. A New-York, le premier avion vient de heurter la Tour nord du WTC. Francis a surgi de son bureau. Le cerveau en ébullition, il passe les commandes, pilote ses troupes, tel le capitaine d'un vaisseau-amiral. En régie, il réceptionne les appels téléphoniques des témoins, il commence à construire la grille de ce qui deviendra, quelques minutes plus tard, une Edition spéciale. En parallèle, Francis organise le départ des reporters de France-Info à New-York. Tout à la fois.
Dix jours plus tard, comme un air de répétition. 21.09.2001. Cette fois, c'est l'usine AZF qui est soufflée par une explosion à Toulouse. Bis repetita. Francis en régie. Grand manitou, grand timonier de France-Info.
Il y a aussi cette autre édition spéciale, montée en à peine une heure, un jour de finale de Coupe de France de football, en 2000. Le club amateur de Calais reçoit les pros du FC Nantes. On embarque à 4 dans une voiture, direction Calais. A 17h30, rien n'est encore organisé. A 18 h, les deux heures d'antenne en direct débutent. Sans anicroche. Beau souvenir de radio.

Francis, c'était le trait d'union de cette rédac, mille idées à la minute, c'est l'homme des coups de génie, des angles décalés… Son credo, sa passion, c'était qu'il fallait entendre les gens, au sens noble du terme, sans se contenter de donner la parole à tel ou tel expert. Avec, toujours, un regard unique et bien à lui sur l'actu.
Francis vous faisait vous surpasser. Il vous encourageait à donner le meilleur de vous-même, à avancer même quand vous aviez envie de reculer.

Sans jamais se départir de son calme, il n'était jamais aussi heureux que quand l'actualité donnait l'occasion à la machine de s'emballer. L'actualité, c'était son carburant. Francis fonctionnait au super.

- Antoine Leiris, journaliste France Bleu 107.1 :

Si une carrière tient à
quelques lettres inscrites en bas d'une page, la mienne a commencé quand
Monsieur Francis Tyskiewicz a apposé sa signature sur ma première convention de
stage. Merci.

- Valérie Crova, envoyée spéciale permanente à Beyrouth :

Francis, c'est un
euphémisme de dire que tu vas manquer à toute la famille de France Info. Tu en étais un
pilier, "accro" de l'actualité, du foot et du nord, la région où tu avais tes
racines. Tu connaissais
parfaitement les rouages de cette radio, capable de monter une émission
spéciale en deux coups de
cuillère à pot, en grand professionnel que tu étais et avec l'humour que l'on
te connaissait. France Info ne sera plus jamais la même.
Une page s'est tournée... Nous te pleurons
tous. 
- Olivier Emond, présentateur à France Info :
Francis,
Voilà que tu nous laisses là, sur notre îlot de tristesse. Par ces temps qui courent, pleurer son patron ! Tu auras réussi cela, et tant d'autres choses déjà soulignées ici. Passion, modestie, humour... Et la mélancolie au fond de ton regard.
Merci à toi.- Christina Rosmini, une amie :
Je viens d'apprendre abasourdie la mort de mon ami Francis. Je lui avais
envoyé hier mes vœux. Transmettez mes plus sincères condoléances à sa femme et sa si petite
fille. J'ai le cœur qui pleure comme le ciel de Marseille aujourd'hui.
- Jérôme Bouvier, médiateur de Radio France :
Un sentiment de vide, d'hébétude et d'infinie tristesse. Comme nous tous depuis ce matin je cherche à comprendre
l'incompréhensible.
Je pense à toute la famille de
France Info de tout mon cœur.
- Anne Patinec, reporter à Saint-Nazaire pour France Bleu Loire Océan :
Difficile
de trouver
des mots pour vous dire que je partage votre douleur, votre peine et
votre
desarroi..

 Vous
devez vous
sentir bien orphelins depuis ce matin, l'histoire de France Info et
celle de
Francis étant tellement liées et inséparables !  Son humour, sa bonne
humeur et
son professionnalisme vont manquer à tout le monde. Même si je suis
loin de vous,
sachez que je pense fort à vous et à ses proches.
- Anne-Sophie Dazard, assistante d'édition à France Inter :

Quelle épouvantable nouvelle, brutale, sidérante. Notre ami Francis !
Je pleure cette disparition. J'aimais beaucoup Francis, qui me faisait si souvent rire. C'est vrai qu'il avait cet humour bien à lui, "cette politesse du désespoir" qu'il partageait avec nous tous. Je garde de si bons souvenirs de lui, après 10 ans passés dans la bonne équipe de France Info. Je suis très triste. Bouleversée.

- Yves Izard, grand reporter à France Info :

La porte du bureau de Francis reste fermée, c'est la petite piqûre de rappel qui me ramène à la réalité. On ne peut plus se dire "ah il n'est toujours pas là, encore en réunion, il faut que je le voie "... pour quelques mots, mais essentiels "oui on va faire une spéciale , tu pars quand tu veux " ou "non, on va voir "... Et on voyait sans détour, puis chacun passait à autre chose. Et l'antenne pouvait s'accélérer soudainement pour une spéciale qui n'était plus de l'improvisation, mais de la haute voltige sans filet apparent. Peut-être que Francis nous imitait moins, mais c'était toujours irrésistible, il nous connaissait trop, nous qui sommes à France Info depuis les premières années. Peut-être faisait-il un peu plus dans l'autodérision… C'est terminé, et  beaucoup trop tôt.

- Alain Massé, directeur délégué aux affaires internationales du groupe Radio France :

Francis s'est nourri de son métier de journaliste et des autres. Il nous a nourris de son humour et de son besoin d'échanger.

- Elisabeth Badinier, rédactrice en chef à France Bleu Roussillon :

Toute la rédaction
de France Bleu Roussillon à Perpignan s'associe à la peine des journalistes, des
techniciens et de tous ceux qui connaissaient Francis.
Nous sommes nombreux
et nombreuses ici à avoir croisé sa route, des collaborations furtives pour
certains, approfondies pour d'autres.
Personnellement je
garde le souvenir d'un homme au nom de famille imprononçable mais aux qualités
professionnelles irreprochables...
J'imagine la douleur
qui est la vôtre aujourd'hui.
- Gilles Halais, journaliste à la rédaction web de France Info :
C’était
"Tys". Un conteur hors pair. Grande qualité pour un journaliste ? Sans aucun
doute. Mais les histoires de Tys que l’on préférait sont celles lorsqu’il
racontait à quelques-uns, sur le ton de la fausse confidence, au détour d’un
couloir : la dernière blague qu’il avait faite à l’un ou l’autre d’entre nous,
ou sa dernière imitation d’un confrère ou d’un ponte de la "maison ronde".
C’était Tys. Conteur et imitateur hors pair.

Je le vois
encore, la tête légèrement penchée en avant et sur le côté, les épaules
légèrement rentrées et qui se soulèvent au rythme des spasmes de son rire
contenu dans une moustache rasée depuis belle lurette. Mais ta
dernière blague, elle n'est pas drôle, Francis.

- Rose Raguel, animatrice :

je n'ai pas de mots,
pour décrire mon infinie tristesse. La première fois que
j'ai vu Francis, je me souviens d'un homme très très élégant, très très à
l'écoute. En le connaissant un
peu plus par la suite, j'ai le souvenir d'un homme très très
drôle.
Je pense tellement à
Virginie. Si besoin d'aide il y a, je serai là.
Toutes mes pensées
sont aujourd'hui pour sa famille.
- Antoine Lehembre, délégué à la production DPA - Radio France :
Dans cette
période où France Info est très tristement endeuillé et humainement touché, mes
collaborateurs et moi-même, extrêmement attristés par la nouvelle de la
disparition de Francis TYSKIEWICZ, souhaitons vous manifester, ainsi qu’à sa
famille, tout notre soutient et nos pensées les plus amicales . Les chargés de
production et coordinateurs techniques de la DPA m’ont témoigné de l’attachement
aussi bien professionnel qu’humain qu’ils avaient pour Francis et du lien amical
qu’ils avaient tissé au fil de nombreuses années passées au sein de Radio
France.

Au nom de la
Délégation à la Production de la Direction de la Production et des Antennes, je
tiens à rendre hommage au grand homme de radio qu’il a été et à sa personnalité
si attachante. Je vous prie de croire à nos plus sincères
condoléances.

- Olivia Ferrandi, présentatrice à France Info :
Francis,

Difficile
d’imaginer France info sans toi. Sans ton sens de l’info,  incomparable.
Sans ton regard aiguisé sur l’actualité. Sans ce don que tu avais
pour monter une  édition spéciale, d’une minute à l’autre.
Sans cette assurance et cette maîtrise en régie, qui nous permettaient, à nous,
présentateurs, de rester  concentrés sur l’actualité. Et de gérer
notre stress. Je me souviens de l’une de ces spéciales : j’étais partie à
l’antenne avec la moitié du journal, le reste c’était "à l’impro". Ta présence
en régie, de l’autre côté de la vitre, et tes conseils précis et précieux,
glissés à mon oreille, dans le casque,  m’ont permis de tenir bon
et d’assurer une tranche correcte. Continuer à faire de
la radio sans jamais oublier ce que tu nous as appris. C’est sans doute ce qu'on
peut faire de mieux aujourd’hui. En essayant d’accepter ton absence.

- Denis Guey, rédacteur en chef à France Bleu Bourgogne :

Tous les
journalistes et les plus anciens d'entre nous expriment leur peine
et leur émotion à l'équipe de France Info, ainsi qu'à la famille de Francis. Il restera pour moi
particulièrement le reporter qui m'aura fait aimer le foot, un jour, à Lille, il
y a maintenant 30 ans.
- Marie-Claude Pinson, chef des infos adjointe à France Inter : Je suis bouleversée par la mort de Francis. Je pense à vous tous qui continuez à travailler avec cette peine et cette douleur dans le corps et dans la tête.
J'avais connu Francis à Fréquence Nord, il y a 20 ans. On a bien ri avec lui, c'est sûr. Et l'amitié qui s'est construite dans ces années là entre les "anciens" de la radio du nord est toujours restée très forte et très particulière, intacte, il y a toujours eu un vrai lien entre nous.
Toutes mes pensées amicales à toute la rédaction. Je vous embrasse tous.- Frédérique Djian, assistante d'édition à France Info :
C'était un soir de match, une finale si je me souviens
bien. Francis était là pour gérer la spéciale. Il est arrivé avec son
maillot sous le blouson. Un peu comme la vision que j'ai de lui : derrière
ou avec le professionnalisme, il y avait toujours l'humour.
Info est une
antenne qui exige à la seconde réactivité et efficacité.
Et qui n'autorise
que très peu de temps pour décompresser. Mais on travaillait et on rigolait
("les pots du vendredi", c'est pas lui ?). L'ambiance à Info que tout Radio
France nous envie (chaleureuse, conviviale)... je pense que ça vient de
lui.

Francis était l'un de mes premiers rédacteurs en chef. Et un coordinateur
hors pair. Il aimait Info, il savait gérer l'antenne, et ses équipes. Avec
Francis à nos côtés, on savait qu'on serait efficaces.
Il était bon et avec
lui on se sentait bons.- Jérôme Colombain, chroniqueur à France Info :
Francis était un pilier, un rouage indispensable, de cette maison. Il trimbalait
ses histoires drôles et ses remarques ironiques d'un bureau à l'autre en
impulsant sa dynamique. Quand on lui parlait de technologie, il répondait "tu es
un malade
" puis finissait par confier sa passion pour certains jeux vidéo (de
sport…). Derrière son côté "terroir" se cachait un type capable de déclamer des
kilomètres de vers sortis de ses lectures intimes. Après 17 ans de vie
professionnelle commune, sa disparition prématurée est un terrible choc.
- François Rivaud, rédacteur en chef France Bleu Pays de Loire:
Je
sais malheureusement ce que signifie la disparition d'un collègue, d'un
collègue que l'on respecte et avec qui on aimait travailler. J'imagine
sans peine que tout le monde à Info est choqué par cette nouvelle. Je le
suis également : j'ai connu Francis, comme beaucoup d'autres, aux
débuts de France Info. Je me souviendrai de sa gentillesse, de son
humour, des histoires qu'il racontait, il faut le dire, pas trop mal !
Il était, je pense respecté, et c'est l'essentiel.

- Cécile Quéguiner, journaliste à la rédaction web de France Info :

Francis,
Sifflet coupé. Des jours que je cherche mes mots pour parler des tiens. Tes mots. Des petites choses, mais les plus jolies qu'on m'ait dites au boulot. De tes commentaires sur mes tout premiers flashs à blanc à l'école de journalisme, à tes dernières remarques, quand je bouclais mon reportage la semaine dernière, toi affalé -presque renversé- sur un siège au web, avec cet air flegmatique, ce demi-sourire de pitre et ton regard mi-las, mi-amusé... Dernière image de toi, calée pile sur une phrase que je n'oublierai jamais.
On ne se connaissait pas (regrets). Tu ne le sais d'ailleurs pas. Mais ces mots-là, et d'autres encore, rares mais tellement bienveillants, m'ont portée dans ce métier, galvanisée. Ils sont gravés. Un moteur. Mes grigris de reporter. Merci boss. RIP

- Odile Pouget, journaliste à RTL :

J’apprends ce matin la disparition tragique de Francis. Durant mon bref passage à Info, il y a plus de 10 ans, il
avait été pour moi un soutien sans failles, un "patron" enthousiaste dont la
porte était toujours ouverte. Mille pensées à vous tous qui êtes dans la peine.

- Stéphane Iglésis, journaliste au bureau Radio France de Toulouse :

Francis son sourire, son
humour à froid, sa chaleur, tout ça parti :ce n'est pas possible. En plus
apprendre la nouvelle non pas par sa radio France Info, mais sur la page
Facebook de la chaîne m'a rendu encore plus orphelin. Francis n'étaitr pas un
copain, mais un chef estimé : toujours prêt à expliquer, à dialoguer, à faire
partager son enthousiasme, tout ça envolé, ce n'est pas croyable ! La vie est trop
courte pour les gens biens !
Francis, où que tu sois, je
t'embrasse. 
- Jean-Rémy Macchia, chroniqueur à France Info :
Par rapport à Francis, je
ne suis qu'un tout petit parmi les lointains.
Mais, de la "famille"
France Info. Et cela veut   dire infiniment de choses. Des choses d'un quotidien
très fluide, qui passe vite, chargé de son travail, traversé de ses
hâtes.
Mais... toujours avec le
respect humain qui reste bien présent et, en toile de fond, le plaisir amical de
travailler ensemble. Juste se croiser, se dire
bonjour au coin d'une porte, à peine se sourire - un peu ; avec une tonalité de
gentillesse quotidienne - et presque banale - mais sincère.
Je n'étais pas un proche de
Francis. Mais un de l'équipe  . Un de la famille  . Un qui s'adresse naturellement à l'autre -
comme à un membre un peu lointain de sa propre famille. Beaucoup de tristesse, une
impression qu'un bras a été coupé à ce groupe que nous formons. Et qu'un coeur
saigne. Le nôtre - après le sien, sans doute. Peine intérieure -
immense. Amitié et affection à
chacun des siens. A tous.
- Thierry Guerrier, Europe 1, ancien directeur de la rédaction de France Info :
Je pense à vous tous. Avec mon affection pour cette antenne. Fidèlement.
- Christophe Lurie, grand reporter à Marignane :
J'ai appris ce matin
le décés dans la nuit de Francis.
Très attristé par
cette disparition, je m'associe à la douleur de la rédaction de France Info et
de tout ceux qui l'ont connu et cotoyé.
Francis, avec
d'autres, m'a permis de participer à l'aventure de France Info pendant douze
ans. C'est souvent lui que l'on avait au bout du téléphone lors des missions de
reportages lointains et complexes. Fin connaisseur de la mécanique de France
Info, il était aussi une épaule solide en cas de problème, et savait avec son
humour un peu caustique dénouer des situations parfois
tendues. 
Il va manquer à
France Info, il va nous manquer.
- Jean-Pierre Gauffre, chroniqueur à France Info :
Je n'ai connu Francis qu'il y a quatre ans, quand France Info m'a confié une chronique quotidienne. Mais c'était comme si je l'avais toujours connu, à travers certains amis et confrères communs, tant il était une sorte de mythe de la profession et de pilier de la station. On le disait homme de l'ombre, mais dans le bon sens du terme, celui qui sait s'effacer pour placer les autres sous la lumière, organisateur hors pair des éditions spéciales qui font tout le sel et l'adrénaline de ce fabuleux métier. Bon voyage, l'ami, et salue là-haut tous les rois du Nagra eux aussi partis  trop tôt.- Philippe Boury, assistant d'édition à France Info :
Francis est parti. La nouvelle me laisse incrédule, me sonne, m’interroge. Trop tôt, toujours trop tô

Vous êtes à nouveau en ligne