François Hollande favorable à connecter la redevance à d'autres supports que la télé

(François Hollande s'est montré favorable à un élargissement de la redevance aux possesseurs d'ordinateurs, de tablettes ou de smartphones. © Bruno LEVESQUE / IP3)

Au cours d'une intervention devant le Conseil supérieur de l'audiovisuel, François Hollande s'est montré favorable à un élargissement de l'assiette de la redevance audiovisuelle. Autrement dit, qu'elle ne soit plus seulement liée à la possession d'un téléviseur mais puisse s'appuyer sur d'autres supports. Une demande faite par certains professionnels du secteur.

"On peut regarder les chaînes du service public sur d'autres instruments que la télévision " : un tel constat tiendrait presque aujourd'hui du truisme. Mais dans la bouche d'un président de la République s'exprimant devant le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), il esquisse un profil bien particulier. Celui, peut-être, d'une nouvelle forme de taxation.

"La seule détention du poste de télévision ne peut pas être exclue de cette réflexion "

Car c'est de la redevance audiovisuelle dont parlait François Hollande, autrement appelée "contribution à l'audiovisuel public". C'est elle qui finance les groupes audiovisuels publics comme France Télévision, Radio France et Arte. Le chef de l'Etat a pris position dans un débat qui oppose les professionnels du secteur à la recherche de financements nouveaux en période de crise et les acteurs des nouvelles technologies. Les présidents des groupes publics ont chaudement plaidé pour cette solution à la rentrée et font tourner des projets d'études pour démontrer la justesse de leurs vues. Le chef de l'Etat n'a pas attendu de les lire et s'est montré favorable à un élargissement de l'assiette de cette taxe : "La seule détention du poste de télévision ne peut pas être exclue de cette réflexion ", lâche-t-il.

Ordinateurs, tablettes et smartphones

Dans la ligne de mire, les possesseurs d'ordinateurs, de tablettes et de smartphones, qui servent effectivement de plus en plus massivement de support à la consommation audiovisuelle. "l'objectif est qu'à rendement constant, sans que ça ne coûte rien de plus à personne, il puisse y avoir une assiette plus large et plus juste ", jure François Hollande, qui assure par ailleurs que "l'objectif n'est pas d'accroître les recettes ".

Ce non objectif pourrait tout même être atteint puisque le budget 2015 prévoit que la redevance augmente de trois euros, passant à 136 euros. La ministre de la Culture, Fleur Pellerin ne souhaite pas aller plus loin cette année sur l'élargissement de l'assiette. Mais pour les années suivantes, la réflexion est en cours. Quant à François Hollande, il n'a pas précisé de date pour une éventuelle réforme de la redevance.

Vous êtes à nouveau en ligne