VIDÉO. Roselyne Bachelot dira "dans les prochains jours" si elle prolonge France 4 d'un an ou si elle revient sur la fermeture de la chaîne du service public

FRANCE INTER / RADIO FRANCE

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, invitée de France Inter jeudi matin, a indiqué qu'elle prendrait une décision dans les jours à venir, en semblant repousser l'idée d'une fermeture pure et simple.

Interrogée sur la fermeture de la chaîne de télévision publique France 4, prévue normalement le 9 août prochain, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, invitée de France Inter jeudi matin, a indiqué qu'elle prendrait une décision "dans les jours à venir". Mais elle a semblé repousser l'idée d'une fermeture pure et simple, en saluant le "boulot extraordinaire de France 4" pendant le confinement et en expliquant qu'elle s'interrogeait encore pour savoir s'il fallait repousser d'un an cette échéance, ou revenir sur cette décision de fermeture.

Pour Roselyne Bachelot, France 4 a en effet prouvé son utilité pendant le confinement, en diffusant des programmes pédagogiques - des cours en direct notamment - sur la TNT hertzienne, venant au secours d'une partie de la population française mal connectée à l'internet à haut débit.

''Le service a été remarquable''

"Pour France 4, le service a été remarquable, avec ses programmes jeunesse pendant la crise, parce que tout le monde n'a pas des outils numériques", a expliqué Roselyne Bachelot. "Est-ce que les missions qui ont été assurées par France 4 peuvent être assurées d'une autre façon ? Je n'en suis pas sûre !", a ajouté la ministre de la Culture. "Est-ce que ça implique une prolongation d'un an ou est-ce que ça implique de revenir sur l'arrêt de France 4 ? Pardon de ne pas donner une réponse précise aujourd'hui, je vous la donnerai dans quelques jours mais franchement, je veux saluer le boulot extraordinaire qui a été fait par France 4", a souligné Roselyne Bachelot.

Le sort de France Ô, qui doit aussi s'arrêter le 9 août prochain, est en revanche scellé. "Pour France Ô, je crois que la question est résolue, parce que finalement on était arrivés à une sorte de confinement de l'outre-mer dans le service public audiovisuel, et l'outre-mer doit participer à l'ensemble de l'audiovisuel", a tranché Roselyne Bachelot.

Le calendrier législatif complètement occupé par le plan de relance

Interrogée plus largement sur la réforme prévue de l'audiovisuel public, et la création d'une holding regroupant notamment France Télévisions et Radio France, Roselyne Bachelot a semblé botter en touche, en expliquant que "le calendrier législatif (allait) être complètement occupé par le plan de relance". "Je pense que ça va être difficile de trouver du temps", a dit Roselyne Bachelot, qui a tout de même indiqué que la "plupart" des dispositions prévues dans ce projet du gouvernement "sont de bonnes dispositions". "La holding, il ne s'agit pas de fusionner, de faire disparaître les identités et les personnalités de ces institutions qui constituent l'audiovisuel public", a dit Roselyne Bachelot.

Vous êtes à nouveau en ligne