Une holding pour chapeauter l'audiovisuel public : ce n'est "absolument pas" le retour de l'ORTF, assure Franck Riester

FRANCEINFO

Le ministre de la Culture assure mercredi sur franceinfo que "les décisions sur les contenus et sur les informations resteront dans les entreprises" de l'audiovisuel public.

Les différents groupes de l'audiovisuel public "garderont leur ligne éditoriale", promet mercredi 25 septembre sur franceinfo Franck Riester, le ministre de la Culture, en présentant la réforme de l'audiovisuel public et la création d'une holding qui va chapeauter Radio France, France Télévisions, l'INA et France Médias Monde. Cette holding, baptisée France Médias, devra définir les orientations stratégiques et répartir le budget entre chacune des sociétés de l'audiovisuel public.

France Médias, en charge de la stratégie

Ce n'est "absolument pas" le retour de l'ORTF (l'Office de radiodiffusion-télévision française, démantelé en 1974) d'après le ministre, puisque la future maison-mère ne gèrera pas les affaires éditoriales de chaque entité, martèle Franck Riester : "Tout cela sera du ressort des entreprises éditrices de programmes". Cette future maison-mère, France Médias, sera "une société légère en charge de la stratégie, de l'organisation et de la cohérence", permettant de s'adapter aux "changements d'usages" induits par la révolution numérique, analyse le ministre.

Franck Riester souhaite rassurer les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs de l'audiovisuel public quant à l'indépendance éditoriale des chaînes, lorsque celles-ci seront rassemblées au sein de la même maison-mère.

Il y aura une société-mère qui détiendra 100% des actions des quatre sociétés membres du groupe. Ces sociétés-là garderont leur ligne éditoriale.

Franck Riester

à franceinfo

"Le directeur général de ces sociétés-là aura la responsabilité juridique de la direction de la publication, indique le ministre. La partie éditoriale, à savoir les programmes, ce qui est mis à l'antenne ou pas, ce qui est mis sur internet ou pas, tout cela sera du ressort des entreprises éditrices de programmes."

Indépendance renforcée

La réforme de l'audiovisuel public n'est pas un retour en arrière, maintient Franck Riester faisant référence à l'ORTF, où "le pouvoir gérait l'information et où il y avait même un ministre de l'Information". Créé en 1964, l'Office de radiodiffusion-télévision française symbolisait la tutelle de l'Etat sur l'audiovisuel public.

L'indépendance de la holding sera renforcée, d'après le ministre, par le fait que le ou la PDG de la future maison-mère sera nommé(e) par le conseil d'administration de la société-mère. Jusqu’ici les PDG des groupes de l'audiovisuel public étaient nommés par le CSA.

L'Etat aura trois représentants sur 12 administrateurs. C'est la meilleure façon d'assurer l'indépendance de l'audiovisuel public.

Franck Riester

à franceinfo

D'après le ministre, la superholding doit permettre de mieux s'adapter aux nouvelles manières de s'informer : "On peut constater qu'avec la révolution numérique, il y a un changement des usages de nos compatriotes. Ils regardent de plus en plus la radio, ils écoutent de plus en plus la télé, et ce, quand ils veulent, sur n'importe quel support, toujours sur le poste de télévision, toujours sur le poste de radio, mais aussi sur leur smartphone."

"Toucher tous les publics"

"Ces usages changeant, poursuit-il, il est très important d'avoir une stratégie globale pour toucher tous ces publics dans leur diversité en leur proposant des contenus audiovisuels spécifiques en fonction des supports. Pour cela il faut une coordination globale." Et c'est là qu'entre en jeu la holding, "une société légère en charge de la stratégie, de l'organisation et de la cohérence"

Vous êtes à nouveau en ligne