Christiane Taubira sur la une de Minute : "J'encaisse le choc"

(Capture d'écran France 2)

La ministre de la Justice, invitée ce mercredi soir du journal télévisé de France 2, est revenue sur la "une" de l'hebdomadaire Minute, qui fait l'objet d'une procédure judiciaire pour "injure publique à caractère racial". Christiane Taubira dénonce des propos d'une "extrême violence", et affirme qu'"il faut que la justice passe".

Elle était très attendue. Pour la première fois depuis l'affaire de la "une" de l'hebdomadaire Minute , pour laquelle la justice a été saisie pour "injure publique à caractère racial", Christiane Taubira s'est exprimée publiquement, mercredi soir. La ministre de la Justice était l'invitée du journal télévisé de France 2.

"Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit" (Christiane Taubira)

Christiane Taubira l'avoue sans peine : "J'encaisse le choc mais c'est violent pour mes enfants ". Pour elle, les propos de Minute "prétendent [l]'expulser de la famille humaine, dénient [son] appartenance à l'espèce humaine ". C'est pour cela qu'elle le dit, "le Premier ministre voulait que je porte plainte ".

"Je connais trop les ressorts de la société française"

Revenant sur les diverses attaques à son encontre ces dernières semaines, Christiane Taubira juge "absolument incontestable " que la France connait actuellement une libération de la parole raciste. "Je connais trop les ressorts de la société française ", affirme la ministre de la Justice.

Enfin, quant au positionnement du Front national, qui dénonce lui aussi la "une" de Minute , Christiane Taubira parle de "positions opportunistes ", et retient "un affrontement de valeurs profond ".

Vous êtes à nouveau en ligne