VIDEO. Le Français emprisonné en Bulgarie affirme n'avoir eu qu'une "relation business" avec les frères Kouachi

A.Boutet/R.Klingelhöfer - France Télévisions

Fritz-Joly Joachim est soupconné de liens avec Chérif Kouachi. Actuellement emprisonné en Bulgarie, il est sous le coup d'un mandat d'extradition. Arnaud Boutet, journaliste à France 2, l'a rencontré.

Fritz-Joly Joachim, accusé par sa compagne d'avoir enlevé leur enfant pour l'emmener en Syrie, a été interpellé le 1er janvier à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie. En prison en Bulgarie depuis, ce Français de 29 ans est sous le coup d'un mandat d'extradition. Il est soupçonné de liens avec Chérif Kouachi, un des auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo. Arnaud Boutet, journaliste à France 2, l'a rencontré. Un entretien qui s'est tenu sans son avocat commis d'office.

Les frères Kouachi

Fritz-Joly Joachim ne nie pas connaître les frères Kouachi, qu'il fréquente depuis ses 18 ans. Mais il affirme que "c'était une relation business" entre lui et eux. "Nous vendions des vêtements, des chaussures, c'était juste une relation commerciale". Il affirme n'avoir "plus eu de contact" avec eux depuis le mois de juillet, à l'exception de deux ou trois coups de téléphone. "J'ai appris que [Chérif] était malade, j'ai essayé de prendre de ses nouvelles, rien de plus."

Fritz-Joly Joachim assure qu'il n'était pas "au courant" des projets terroristes des deux hommes. Il nie aussi avoir eu l'intention de se rendre en Syrie. "Ils s'entretuent tous là-bas."

L'islamisme radical

Fritz-Joly Joachim se dit musulman mais "laxiste" : "Je commets des péchés, je ne suis pas droit, je fais même des choses que la religion ne m'autorise pas à faire. Je ne suis pas [radical]."

L'homme explique n'avoir pas perçu la radicalisation des frères Kouachi. "Pour moi, les frères Kouachi étaient des musulmans tout simples." Et il se dit choqué "par tous ces meurtres".

"Charlie Hebdo"

Fritz-Joly Joachim explique ne pas lire Charlie Hebdo, car "c'est de la politique et ça ne m'intéresse pas. Mais s'ils veulent caricaturer certaines religions, alors qu'ils caricaturent toutes les religions."

Maintenant "on est vus comme des terroristes. Juste parce que j'ai fréquenté des gens (...), ça y est je suis terroriste, mais alors tout le monde est terroriste." Quant aux soupçons sur sa participation à la préparation des attentats, Fritz-Joly Joachim explique que dans ce cas, il se serait trouvé "là-bas, en France" au moment des attaques.

 

Vous êtes à nouveau en ligne