Charlie Hebdo, hyper cacher : des commémorations sobres

FRANCE 3

C'était il y a trois ans, les attentats des 7, 8, et 9 janvier 2015 faisaient 17 morts. Trois ans après, des commémorations sobres, selon la volonté des familles, se succèdent ce dimanche 7 janvier sur les lieux des attaques en présence du chef de l'État qui ne prendra pas la parole.

L'hommage se veut sobre, aucune prise de parole, juste les noms des douze victimes de l'attentat du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo, égrenés dans un silence recueilli. Le président de la République salue ensuite l'équipe du journal satirique, endeuillée. La veuve de Michel Renaud, un journaliste voyageur proche de l'équipe de Charlie Hebdo, a tenu à s'y associer. "C'était un humaniste, curieux des autres, qui a travaillé toute sa vie pour la France, voyagé toute sa vie dans le monde, il aimait les gens, il ne faisait aucune distinction entre les musulmans, les juifs, les chrétiens. Ce qui comptait, c'était la qualité humaine", témoigne Gala Renaud.

Le devoir de dire "on n'a pas peur"

À l'extérieur du dispositif de sécurité, quelques anonymes se pressent pour ne pas oublier, à l'instar d'un couple venu des Vosges : "On a le devoir de soutenir les familles des victimes, et puis le devoir de dire aux gens qui ont fait ça que nous on est toujours là, et qu'on n'a pas peur". Plus loin, sur le boulevard Richard Lenoir, marque une pause. C'est ici que le policier Ahmed Merabet, dont la mère est présente, est tombé sous les balles des frères Kouachi ce même 7 janvier 2015. Les cérémonies se sont achevées à la Porte de Vincennes, au supermarché Cacher, cible d'une seconde attaque terroriste le 9 janvier 2015.

Vous êtes à nouveau en ligne