Berlusconi poursuit la presse internationale

Silvio Berlusconi
Silvio Berlusconi (© AFP)

Silvio Berlusconi va poursuivre en diffamation plusieurs journaux italiens et étrangers

Silvio Berlusconi va poursuivre en diffamation plusieurs journaux italiens et étrangersSilvio Berlusconi va poursuivre en diffamation plusieurs journaux italiens et étrangers

L'hebdomadaire français Le Nouvel Observateur est ainsi attaqué comme les autres en raison des attaques sur sa vie privée, a annoncé vendredi l'avocat du "Cavaliere".

Des plaintes ont déjà été déposées contre des journaux en Italie, en Espagne et en France et des avocats britanniques étudient la possibilité de poursuites au Royaume-Uni

L'avocat de Silvio Berlusconi a donné instruction à un confrère français de porter plainte contre l'hebdomadaire le Nouvel Observateur à la suite d'un article jugé diffamatoire sur la vie privée du chef du gouvernement italien, a-t-il indiqué samedi à l'AFP. "Tous les éléments pour intenter une action en diffamation au civil ont été remis à Me Bernard Cahen", a affirmé Niccolo Ghedini, précisant qu'il appartiendrait à son collègue de fixer le montant des dommages-intérêts réclamés par Silvio Berlusconi. Il ignorait si l'action en justice avait déjà été enclenchée.

Cette plainte vise un article de l'hebdomadaire intitulé "Sexe, pouvoir et mensonges" publié début août, évoquant notamment l'hypothèse d'une infiltration de la mafia russe au sommet de l'Etat italien et relatant une conversation supposée de deux femmes ministres du gouvernement Berlusconi à propos de ce dernier.

A Paris, la direction de la communication du Nouvel Observateur a déclaré qu'aucune plainte ne lui avait été notifiée à ce jour.

Le quotidien espagnol El Pais est, quant à lui, visé pour avoir diffusé des photos d'invités batifolant nus dans la luxueuse villa sarde du chef du gouvernement italien, âgé de 72 ans. En Italie, des poursuites sont engagées contre le quotidien La Repubblica, connu pour ses critiques répétées contre le "Cavaliere".

Le journal de centre gauche a notamment repris l'article du Nouvel Observateur et il s'est distingué ces dernières semaines en publiant quotidiennement les dix questions sur sa vie privée et son ambition politique auxquelles Berlusconi est, selon lui, tenu de répondre.

Propriétaire du plus grand groupe audiovisuel privé italien, Mediaset, Silvio Berlusconi accuse son concurrent Rupert Murdoch, patron de News Corp, de l'avoir attaqué personnellement en Grande-Bretagne, par l'intermédiaire du quotidien The Times.

Pour l'avocat, La Repubblica a mené une campagne "intolérable" contre lui (Berlusconi), qui a "jeté le discrédit sur l'Italie, parce que tous les journaux étrangers ont repris ces attaques comme si elles étaient vraies."

Face aux critiques, Berlusconi n'use pas seulement de la voie judiciaire. Le titre Il Giornale, qui appartient à sa famille, a révélé un scandale sexuel impliquant le rédacteur en chef d'un journal catholique qui dénonçait le mode de vie du chef du gouvernement.

Pour le chef de file de l'opposition démocrate, Dario Franceschini, les attaques de Berlusconi contre ses détracteurs dans les médias sont "un signe de peur et de faiblesse".

Vous êtes à nouveau en ligne