Avec la disparition de France 4 de la TNT, la guerre pour le canal 14 commence : on vous explique

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé le 4 juin 2018 avoir demandé à France Télévisions de rendre le canal hertzien 14, actuellement occupé par France 4.
La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé le 4 juin 2018 avoir demandé à France Télévisions de rendre le canal hertzien 14, actuellement occupé par France 4. (IGOR STEVANOVIC / SCIENCE PHOTO / IST / AFP)

Après l'annonce par Françoise Nyssen de la disparition prochaine de France 4 de la TNT, les premiers intéressés par le canal 14 occupé par la chaîne commencent à se faire connaître. 

A peine la mort de France 4 (sur la TNT) annoncée, la guerre pour le canal 14 a déjà commencé. La ministre de la Culture et de la Communication, Françoise Nyssen, a annoncé lundi 4 juin la fin de la diffusion de la chaîne sur les ondes hertziennes, aiguisant les appétits des principaux acteurs de l'audiovisuel. Si vous ne comprenez pas pourquoi ce dossier est si stratégique, voici un petit résumé.

Pourquoi le canal 14 va-t-il être libéré ?

Françoise Nyssen a demandé à France Télévisions de se délester d'"au moins un canal hertzien" et c'est sur le canal 14, actuellement occupé par France 4, que le choix s'est porté. La chaîne du groupe audiovisuel public, qui attirait aux alentours de 2% d'audience, va donc cesser sa diffusion sous sa forme actuelle après plusieurs changements de formule. "Elle va quitter la TNT au moment même où elle avait retrouvé son identité, analyse Philippe Bailly, du cabinet NPA Conseil, interrogé par l'AFP. Dernièrement, on comprenait mieux le positionnement de la chaîne : jeunesse en journée et plus familiale en soirée".

La décision est critiquée au sein de la majorité : plusieurs députés émettent des réserves dans un rapport consulté par Le Monde, estimant que les enfants continuent de consommer la télévision de façon traditionnelle. Elle inquiète aussi les professionnels de l'animation, qui craignent une baisse des investissements de France Télévisions en la matière. Mais si la disparition de France 4 pourrait permettre d'économiser une quarantaine de millions d'euros, cette somme sera réinvestie intégralement dans les programmes, selon France Télévisions. "Nous allons bâtir un champion industriel du numérique pour reconquérir le jeune public", a annoncé la ministre. Un nouveau média, sur internet et à destination des 15-30 ans, devrait être créé à l'horizon 2019.

Qui pourrait en profiter ?

C'est une place de choix qui se libère sur la TNT. Entre La Chaîne parlementaire (LCP, la 13) et BFMTV (la 15), le canal 14 fait déjà des envieux. La chaîne franceinfo, qui émet actuellement sur le numéro de chaîne 27, pourrait espérer prendre la place laissée vacante par France 4. "La place [de franceinfo] sur la TNT est un réel handicap", regrettait d'ailleurs Françoise Nyssen dans un entretien au Monde, lundi 4 juin. 

Si le scénario se réalisait, franceinfo se retrouverait juste avant ses concurrentes, BFMTV (15) et CNews (16). Un scénario "inacceptable et inquiétant", a fait savoir dès lundi BFMTV dans un communiqué. "C'est indigne, le gouvernement veut changer les règles pour toucher BFMTV qui marche bien", s'est insurgé Alain Weill, fondateur de la chaîne et président d'Altice France. La chaîne d'information en continu suggère plutôt de décaler les chaînes d'un numéro. BFMTV récupérerait donc la 14, tandis que Numéro 23, la 22 et Chérie 25, la 24...

Par ailleurs, l'arrêt de France 4 pourrait techniquement permettre à franceinfo de passer en haute définition.

Au final, qui va décider ? 

Dans un premier temps, l'Etat doit modifier le cahier des charges de France Télévisions, puis saisir le CSA pour libérer la fréquence et le numéro de chaîne actuellement occupés par France 4. Un appel à candidatures devrait alors être lancé par le CSA pour réattribuer la fréquence libérée par France 4. Par ailleurs, le CSA pourrait proposer le numéro 14 à une chaîne actuellement sur la TNT... ou bien, pourquoi pas, à une nouvelle chaîne.

Vous êtes à nouveau en ligne