VIDEO. Valls en visite surprise à l'abattoir Gad de Josselin : "C'est un symbole de la Bretagne"

Manuel Valls à Brest (Finistère), le 18 décembre 2014.
Manuel Valls à Brest (Finistère), le 18 décembre 2014. (FRED TANNEAU / AFP)

Le Premier ministre a rendu visite aux salariés de l'abattoir situé dans le Morbihan, récemment repris par le groupe Intermarché, qui a conservé 530 emplois sur 755.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a rendu une visite surprise, vendredi 19 décembre, à l'abattoir de porcs Gad, à Josselin (Morbihan), repris récemment par le groupe Intermarché. Manuel Valls, en visite en Bretagne depuis jeudi, à l'occasion du premier anniversaire du Pacte d'avenir pour la Bretagne, a quitté Rennes très tôt vendredi et doit rencontrer le PDG de l'entreprise, puis les salariés. Son déplacement à Josselin avait été tenu secret.

"C'est un symbole de la Bretagne", a déclaré le Premier ministre en arrivant à l'abattoir. "C'est très important de soutenir l'ensemble de ces filières qui ont été en difficulté, qui ont encore des problèmes et ici ce qui a été fait de notre point de vue est exemplaire", a dit Manuel Valls. "La filière de la viande est une filière que nous soutenons", a poursuivi le Premier ministre, venu "redonner de l'espoir" aux salariés de Gad, qui "ont fait des efforts" lors du plan social.

FRANCE 2

En février 2013, Gad était entré dans la tourmente et avait été placé en redressement judiciaire. La société avait alors décidé, avec l'accord du tribunal de commerce de Rennes, de recentrer son activité à Josselin, et de fermer son deuxième abattoir, à Lampaul-Guimiliau (Finistère). Avec la fermeture de deux autres sites, à Saint-Nazaire et à Morlaix, plus de 800 personnes avaient fait les frais, en octobre 2013, de cette restructuration censée relancer l'activité. L'abattoir de Josselin a, lui aussi, connu des difficultés. Il a finalement été repris en octobre par la SVA Jean Rozé, filiale de production de viande du groupe Intermarché. Celle-ci s'est engagée à maintenir 530 emplois sur 755, et à injecter 20 millions d'euros sur le site.

Vous êtes à nouveau en ligne