Manifestation contre la loi Travail : une mobilisation qui marque le pas

(Manifestants dans le cortège marseillais contre la loi Travail ce 5 juillet© Claude Paris/AP/SIPA)

Alors que le texte passe à l’Assemblée en deuxième lecture, la manifestation parisienne a rassemblé entre 6.500 et 7.500 personnes, selon la préfecture de police, alors que la CGT a compté 45.000 participants. Une mobilisation en baisse.

Les sept organisations syndicales et de jeunesse contre le projet de loi Travail restent mobilisées, même si période de vacances oblige, les opposants étaient moins nombreux dans les rues. CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl appelaient ce mardi à une 12e journée d'action depuis mars dernier. Elle s'inscrivait sur le calendrier le jour de l'arrivée du texte devant les députés, alors que Manuel Valls a annoncé ce mardi à l'Assemblée nationale le recours au 49.3 pour le faire adopter sans vote. Le projet de loi El Khomri repartira ensuite au Sénat, avant l'adoption définitive par l'Assemblée nationale prévue d'ici le 22 juillet. 

A LIRE AUSSI ►►►A quoi ressemble le nouveau texte de la loi Travail ?

Un défilé parisien moins fourni 

En début d'après-midi, la manifestation a rassemblé entre 6.500 et 7.500 personnes, selon la préfecture de police, 45.000, d'après la CGT, de la place d'Italie à Bastille. Des chiffres en recul par rapport à la précédente journée.

"C'est la dernière manifestation de la période d'été qui commence" a précisé Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière (FO) en prévenant toutefois qu'"il y aura des actions cet été, diverses et variées ". Dès mercredi, les opposants à la loi Travail tiennent un meeting au gymnase Japy à Paris.

"On est face à un gouvernement qui a peut-être bougé un peu sur un point, mais sur le fond du dossier, c'est d'une rigidité que je n'ai jamais connue" : Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière (FO)
--'--
--'--

De son côté, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a affirmé ce mardi que la droite ne déposerait pas de motion de censure, déclarant qu'il fallait "mettre fin à cette mascarade" .

Des actions matinales en région

Un barrage filtrant de la CGT a été mis en place entre Roye et Amiens, après une opération escargot, a annoncé France Bleu Picardie. Dans le Vaucluse, des opposants à la loi Travail ont eux organisé ce mardi matin une opération "péage gratuit" à Avignon-nord, sur l'autoroute A7, selon France Bleu Vaucluse.

"Nous allons faire plaisir aux usagers des autoroutes, puisque nous allons les laisser passer gratuitement, en cette année des 80 ans des congés payés, où la CGT avait gagné les conventions collectives, les 40 heures [de travail hebdomadaires, ndlr], les délégués du personnel" , expliqué à France Bleu, Hélène Blanc, secrétaire de la CGT dans le Vaucluse.

La syndicaliste prévient que d'autres actions seront menées pendant l'été : "Pendant tout le mois de juillet, avec le festival, plusieurs actions coup de poing sont déjà en vue" .

Des défilés à Saint-Etienne avec 500 manifestants d'après France Bleu sur place, des cortèges aussi à Marseille ou encore Valence. Et puis à Rennes avec un cortège de 1.000 à 1.500 personnes, selon les sources, qui a évité l'hyper centre-ville et qui s'est dispersé dans le calme un peu avant 14H30 esplanade Charles-de-Gaulle.

Dans la ville rose, entre 1.500 et 2.000 manifestants annonce France Bleu Toulouse. A Quimper, dans le Finistère, un rassemblement et un lieu protégé

A Bordeaux, la manifestation a réuni entre 950 et 4.000 personnes et s'est achévée par un pique-nique revendicatif devant la mairie.

Vous êtes à nouveau en ligne