Lors de l'audition de Toyota devant le Congrès américain, le PDG admet une croissance trop rapide

Toyota
Toyota (France 3)

Les dirigeants du constructeur japonais Toyota ont commencé à affronter les critiques et les questions des parlementaires américains mardi à l'orée de deux jours d'auditions, le PDG Akio Toyoda admettant que son groupe avait connu une croissance trop rapide.

Les dirigeants du constructeur japonais Toyota ont commencé à affronter les critiques et les questions des parlementaires américains mardi à l'orée de deux jours d'auditions, le PDG Akio Toyoda admettant que son groupe avait connu une croissance trop rapide.

"Je crains que le rythme auquel nous avons grandi ait été trop rapide", affirme M. Toyoda dans le texte du discours qu'il doit prononcer mercredi devant la commission de la Surveillance et de la Réforme gouvernementale. "Nos priorités se sont mélangées" et "notre principe de base consistant à écouter les consommateurs pour faire de meilleurs produits s'en est retrouvé compromis", poursuit-il dans ce document diffusé à l'avance.

Lors d'une première audition mardi à la commission de l'Energie et du Commerce de la Chambre des représentants, son président Henry Waxman s'est dit "un grand admirateur de Toyota". "Toyota est une importante entreprise citoyenne pour les Etats-Unis. C'est pour cela que je suis déçu par (sa) réaction aux problèmes d'accélérations involontaires", principale cause des rappels massifs du constructeur des dernières semaines, neuf millions dans le monde et six millions aux Etats-Unis, a ajouté M. Waxman.

Il a fustigé le fait que "ni Toyota ni le gouvernement ne se soient sérieusement penchés sur le fait que des dysfonctionnements électroniques pourraient être à l'origine" des accélérations soudaines, déplorant aussi que l'agence de sécurité routière américaine, la NHTSA, ne compte "même pas d'ingénieur en électronique" dans ses effectifs.

David Gilbert, un expert en électronique automobile, et Sean Kane, membre d'un cabinet de recherche sur la sécurité des consommateurs, ont estimé que les cas d'accélération involontaires ne provenaient probablement pas des tapis de sol ou des pédales d'accélérateurs, comme Toyota l'affirme, mais des systèmes électroniques qui commandent les pédales.

"Les solutions que nous avons mises en places sont efficaces et durables", les a contredit Jim Lentz, directeur de l'exploitation de Toyota aux Etats-Unis. "Nous sommes convaincus qu'il n'y a pas de problème avec nos systèmes électroniques". M. Lentz a rappelé que le constructeur avait réparé "800.000 véhicules" depuis le début de la crise fin janvier, au rythme de 50.000 voitures par jour.

Rappel des faits
Toyota a rappelé plus de six millions de véhicules sur le marché américain en raison d'un problème de pédale d'accélérateur qui restait coincée. Un autre rappel est en cours pour corriger le logiciel qui contrôle les freins de l'hybride Prius. Le nombre total de véhicules ayant fait l'objet d'un rappel est maintenant de l'ordre de 8,5 millions.