Loi Travail : une raffinerie à l'arrêt, des mesures de restriction dans l'Ouest

(La raffinerie de Gonfreville l'Orcher près du Havre est bloquée par des opposants à la loi Travail © MaxPPP)

En vue d'éviter une pénurie de carburant, plusieurs préfectures de l'Ouest de la France ont pris des mesures de restriction ce vendredi. Des raffineries sont à l'arrêt depuis plusieurs jours dans le secteur.

Les salariés de la raffinerie Total de Gonfreville l'Orcher, en Seine-Maritime, ont voté ce vendredi l'arrêt du site, en protestation contre la loi Travail, a rapporté France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) sur son compte Twitter.

56% des salariés ont voté pour l'arrêt de la raffinerie, alors qu'Emmanuel Lépine, responsable de la CGT-Pétrole, a appelé dans la matinée sur France Info "à ce que les raffineries arrêtent leurs installations de production de produits pétroliers" pour "obtenir le retrait de la loi travail".  Le débit de la raffinerie normande avait déjà été réduit depuis mardi, date de début des blocages. La CGT doit maintenant rencontrer la direction afin de mettre en place un planning d'arrêt. La procédure est longue : cinq jours pour un arrêt sécurisé, sachant que la réouverture prendrait une semaine.

Par ailleurs, des CRS ont levé, vers 17h, le blocage du dépôt de carburant Rubis Terminal, au Grand-Quevilly, près de Rouen selon France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure). L'opération a eu lieu dans le calme. Face à la menace de pénurie, le Premier ministre Manuel Valls a assuré ce jeudi être prêt à ordonner aux forces de l'ordre de faire lever les blocages. 

Mesures de restrictions dans plusieurs départements 

Craignant une pénurie, la préfecture de Loire-Atlantique a annoncé, toujours ce vendredi, la limitation des achats de carburant. Un arrêté de restriction a également été pris dans le département de l'Eure, où 20% des stations-services sont fermées : le plein est limité à 30 litres et la distribution par automate est interdite. Dans les Côtes d''Armor, le plein d'essence est limité à 20 litres, indique nos confrères de France Bleu Armorique. 

Ce vendredi matin sur France Info, le secrétaire d'Etat aux transports, Alain Vidalies avait rejeté tout risque de "pénurie d'essence". 

A LIRE AUSSI ►►►Carburant et pénurie : le point département par département

(©)