Loi Travail : 153 000 manifestants selon la police, 300 000 selon la CGT

(Foule réunie à Nice contre la loi El Khomri © MaxPPP)

L'intersyndicale CGT, FO-Solidaires, FSU, Unef, Fidl, UNL a appelé ce jeudi à une nouvelle journée nationale de mobilisation, la huitième depuis mars contre le projet de loi Travail. A la fin de la journée, on comptait dans l'Hexagone au moins 153 000 manifestants selon la police, 300 000 selon la CGT.

L'intersyndicale CGT, FO-Solidaires, FSU, Unef, Fidl, UNL a appelé ce jeudi à une nouvelle journée nationale de mobilisation, la huitième depuis mars contre le projet de loi Travail. Le gouvernement tient bon malgré la contestation marquée par des actions en cours ce matin. A Paris, la manifestation s'est terminée en début de soirée vers 19h. A 17h, la police comptait à Paris de 18 000 à 19 000 manifestants, 100 000 personnes selon Force Ouvrière. Jeudi dernier, le cortège parisien avait rassemblé 100 000 personnes, selon la CGT, jusqu'à 14 000 selon la police. En France, au total,  à la fin de la journée, on comptait au moins 153 000 manifestants selon la police, 300 000 selon la CGT. La police a en outre interpellé 77 personnes dans toute la France.

A LIRE AUSSI ►►►Loi Travail : le gouvernement ne "touchera pas" à l'article 2

18:57 :  La manifestation pour le retrait de la loi Travail est terminée sur la place de la Nation, qui a été rouverte à la circulation.

18h24 :  Face à face tendu entre manifestants et forces de l'ordre place de la Nation à Paris. Des centaines de manifestants restent massés aux alentours de la place malgré l'imposant dispositif de CRS, protégés derrière des murs de PVC et de grilles, et l'impressionnant nuage de gazs lacrymogènes qui entoure la place. 

 

 

Des affrontements sporadiques se poursuivent entre forces de l'ordre et manifestants, qui jettent des bouteilles et autres projectiles sur les policiers, lesquels répliquent par de nouveaux jets de gaz lacrymogènes. Au moins un CRS a été blessé, évacué en boîtant. Plusieurs manifestants, au moins 16, ont été interpellés, de manière parfois musclée.

18h15 : Tensions sur la manifestation contre la loi Travail, place de la Nation à Paris 

18H : La manifestation de Toulouse est terminée. 

17h15 :  de 18.000 à 19.000 manifestants à Paris selon la police, 100 000 personnes selon Force Ouvrière. Jeudi dernier, le cortège parisien avait rassemblé 100 000 personnes, selon la CGT, jusqu'à 14 000 selon la police.

16h31 : Nouvelles échauffourées à l'arrivée du cortège parisien à Nation. Les forces de l'ordre ont notamment utilisé du gaz lacrymogène à l'arrivée du cortège. Des manifestants cagoulés ont poussé un chariot de supermarché enflammé contre une paroi de plexiglas dressée par les policiers. Des manifestants ont également jeté sur les forces de l'ordre de nombreuses pierres provenant d'un mur cassé peu avant l'arrivée sur la place et s'en sont pris à des devantures de concessions automobiles et de magasins sur un boulevard proche. Les policiers ont répliqué à coups de gaz lacrymogène. La dispersion a débuté vers 16h30 et douze personnes ont été interpellées depuis le début de la manifestation, selon la préfecture de police.

(D'importants moyens de police et de gendarmerie ont été déployés place de la Nation © MaxPPP)

15h52 :  L'automobiliste qui a pris la fuite après avoir gravement blessé un manifestant  à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône s'est finalement rendu au commissariat de Martigues, selon une information relayée par France Bleu Provence. Il a été placé en garde à vue. Ce conducteur tentait de forcer le barrage de la CGT, lorsqu'il a percuté un manifestant. Le blessé a été évacué par hélicoptère dans un état grave. Le Parti communiste du département dénonce dans un communiqué la responsabilité des autorités : "Le gouvernement qui a créé cette situation et l'a aggravée par son attitude brutale et forcenée sera tenu pour responsable des drames qui se déroulent. La colère est immense, il faut apaiser les tensions : il faut retirer la Loi Travail ", écrit Pierre Dharréville, secrétaire départemental du PCF13.

 

(Les gendarmes mobiles se déploient place de la Nation à Paris © Anne Lamotte / Radio France)
 

15h45 :  Le Premier ministre, Manuel Valls, a jugé jeudi au Sénat "inacceptable " de "bloquer un pays " et de "s'en prendre ainsi aux intérêts économiques de la France ", invitant chacun, face aux nombreuses missions des forces de l'ordre, à "prendre ses responsabilités et se dire que manifester tous les jours peut à terme poser un problème ". "Bloquer des sites pétroliers, des ports, empêcher les Français de faire le plein d'essence, les obliger à des files d'attente interminables, rajouter de l'angoisse à un quotidien déjà difficile, notamment pour les salariés, au nom même de la défense des salariés, c'est inacceptable et on ne peut pas bloquer un pays. On ne peut pas s'en prendre ainsi aux intérêts économiques de la France ", a déclaré le Premier ministre lors de la séance des questions au gouvernement. 

**15h24 :** A Paris, les gendarmes mobiles mettent en place un DRAP (Dispositif de Retenue Autonome du Public) place de la Nation. 

(Les gendarmes mobiles mettent en place un DRAP place de la Nation. Dispositif de Retenue Autonome du Public © Anne Lamotte / Radio France)

15h06 :  Affrontements à Paris entre policiers et manifestants cagoulés qui ont quitté le cortège

15h00 : Dans les rues de Rennes, la préfecture comptabilise 3 500 manifestants, les syndicats en comptent 8000, selon

14h55 : 500 personnes manifestent devant le palais de justice de Chambéry, rapporte

14h50 : Amiens, la CGT fait brûler 300 pneus devant la gare. Les CRS ont utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

14h40 : Nantes, malgré l'interdiction, des manifestants défilent vers le CHU de la ville. Les CRS bloquent l'accès au centre-ville pour éviter tout débordement.

14H20 : Au Mans, la manifestation du jour a rassemblé entre 1400 et 4000 manifestants, selon France Bleu Maine

14h10 : Un manifestant gravement blessé par un automobiliste et évacué par hélicoptère à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône. 

14h00 :  Paris, rassemblement en cours place de la Bastille. Des étudiants et des lycéens vont se positionner en tête du cortège, indique la journaliste de France Info, Anne Lamotte, présente pour suivre le défilé.

13h50 : Caen, dispersion de la manifestation annonce France Bleu Basse-Normandie

13h45 : Toujours des perturbations de circulation autour d'Avignon 

13h38 : Bordeaux, le cortège n'avance plus

13h20 : Annecy, arrivée des forces de police près du dépôt pétrolier de Vovray indique

13h15 : rouler à l'allure d'un escargot peut coûter...22 euros

13h10 : Total fait le point sur le fonctionnement de ses installations pétrolières. Le groupe annonce dans un communiqué que le dépôt pétrolier de Portes-lès-Valence, dans la Drôme, est le seul de ses neuf dépôts à être bloqué ce jeudi à 12h30 par la mobilisation contre la loi Travail. Total précise aussi que que ses cinq raffineries sont ou seront touchées par les blocages : Feyzin et Normandie sont "à l'arrêt complet", la Mède est en "débit réduit", Grandpuits et Donges vont être à l'arrêt complet "dans les jours à venir." Le groupe a aussi mis à jour l'état des lieux de son réseau de stations-service. 

13h08 : à Rennes, la manifestation est toujours en cours

13h05 : A u Havre, les chiffres du défilé

13h00 : A Bordeaux, 3 000 manifestants selon la police, indique

. De brèves échauffourées ont éclaté dans le centre-ville. Une personne a été interpellée.

12h50 : un accident mortel en marge d'une grève à Querqueville, près de Cherbourg

Selon France Bleu Cotentin, le maire Front de gauche de Saint-Croix-Hague est décédé dans un accident de la route et un syndicaliste CGT a été grièvement blessé. Les deux hommes étaient à moto lorsqu'ils ont été percutés par une voiture, d'après les premiers élements donnés par la procureure de Cherbourg.

12h47 : A Saint-Etienne, la manifestation matinale touche à sa fin. 

12h45 : En gare de Quimper, des manifestants occupent les voies pacifiquement. 

12h40 : A la gare de Perpignan, les voies sont désormais dégagées. 

12h30 : l'arsenal à Cherbourg, le site des sous-marins nucléaire de DCNS, ciblé par les blocages

12h25 : à Quimper, une étape devant les locaux du PS

12h20 : à Rennes, des manifestants envahissent le métro République 

12h10 : les chiffres pour le défilé à Saint-Etienne, le grand écart selon les sources.

12h05 : quelle ambiance pour le défilé à Rennes ?

12h00 : à Amiens, la rocade Nord ayant été évacuée par les CRS, la surveillance policière se déplace en centre-ville où une manifestation, précise France Bleu Picardie, est prévue à partir de 14h30.

11h55 : combien de manifestants à Montpellier ? La comptabilité côté police.

11h50 : au Havre, les rangs du défilé s'étoffent avec l'arrivée des dockers.

11h45 : les voix contestataires sur les voies autoroutières à Limoges

11h30 : des manifestants bloquent les trains en occupant les voies en gare de Perpignan. La circulation des TGV entre la France et l'Espagne est stoppée.

11h28 : dans les Bouches-du-Rhône, un incident signalé à Vitrolles :

Le chauffeur d'un semi-remorque a forcé ce matin le barrage filtrant des opposants à loi Travail installé sur le rond-point de l'Anjoly. Deux manifestants ont été légèrement blessés. Le camion a aussi percuté une voiture de particuliers, dont les occupants, un couple et un enfant en bas âge, sont choqués mais indemnes. Tous ont été pris en charge par les pompiers et évacués à l'hôpital pour des examens. Le chauffeur lui, a été interpellé par la police. 11h21 : à la RATP, le syndicat SUD lance un nouvel appel à la grève. Le calendrier coïncide avec les premières affiches de l'Euro de football.

11h00 : à Rennes, Limoges, Bordeaux, Tours, Chinon, Chateauroux et au Havre, les manifestations sont en cours, ainsi qu'à Montpellier.

 

10h38 : à Périgueux , ce sont les environs du tribunal qui sont bloqués

10h30 : fin des perturbations routières entre Lanester et Lorient dans le Morbihan

10h25 : près de Valence, France Bleu Drôme Ardèche signale une action près du dépôt pétrolier

10h20 : entre Montauban et Toulouse, circulation ralentie sur l'autoroute. La loi Travail ? Non, ce sont les forains qui organisent une opération escargot. Ils sont appelés à se mobiliser ce jeudi par le Syndicat national CIDUNATI des artisans de la fête pour dénoncer leurs difficultés à trouver des places où s'installer dans les communes. 10h15 : à Tours, la manifestation commence

10h06 : à Amiens, les forces de l'ordre interviennent sur la rocade

9h40 : à Annecy, le dépôt pétrolier est bloqué

9h38 : opération escargot l'A63 entre Bordeaux et Bayonne. Un bouchon de 3 km s'est formé. 9h25 : le pont de Tancarville a rouvert dans les deux sens

9h15 : à Brest, une manifestation est prévue à 11h

9h00 : à Rennes, image de la manifestation devant le dépôt de bus

8h55 : à Nîmes, une action de la CGT signalée devant les locaux du PS

8h51 : si le pont de Normandie est désormais rouvert à la circulation, celui de Tancarville reste inaccessible. A Rouen, l'une des actions est terminée..

Le pont reliant la Haute et la Basse Normandie, emprunté par des milliers d'automobilistes tous les matins, était fermé à cause d'un blocage surprise de près de 2 heures ce matin. les manifestants partent désormais en opération escargot en direction du centre-ville du Havre.

8h50 : au Havre, la contestation se déplace 

8h34 : à Marseille, file d'attente vers un des tunnels de la ville

8h30 : dans le Nord, des actions sont menées à Gravelines, à Lomme près de Lille où le rond-point du MIN (marché d'intérêt national) est bloqué par des manifestants annonce France bleu Nord. Des barrages filtrants et en conséquence des bouchons entre Lille et Dunkerque sur l'A25.

8h00 : le point des perturbations signalées près de Lille, au Havre, Rennes ou encore Caen, Toulouse et Nantes

7h55 : difficultés de circulation à Grenoble

7h45 : le secrétaire général de la CFDT, invité de France Info, déclare sur le projet de la loi Travail : "Je souhaite que l'on n'y touche plus"

Alors que se tient une nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a déclaré jeudi sur France Info qu'il "souhaite que l'on n'y touche plus". Pour lui, il y a "des avancées concrètes dans ce texte pour les salariés"7h42 : les camions ne passent pas au sud d'Avignon

7h40 : à Toulouse, plusieurs actions perturbent la circulation;

7h30 : un barrage filtrant entre Armentières et Lille sur l'A25

7h00 : trois ponts coupés en Normandie. Le pont de Normandie est occupé par 300 manifestants ainsi que le pont de Tancarville aussi. L'action est prévue jusqu'à 9h. Blocage surprise également du pont Flaubert à Rouen.

6h30 : pas de journaux nationaux, à l'exception de L'Humanité La CGT du Livre avait lancé mardi un appel à la grève dans les imprimeries "pour les quotidiens nationaux de nuit datés du 26 mai et pour ceux de jour datés du 27 mai".

  6h00 : d'autres actions au lever du jour : près d'Avignon, le rond-point et le pont de Bonpas, très fréquentés le matin sont actuellement bloqués par une quarantaine de militants CGT. Dans l'agglomération du Havre, plusieurs dizaines de manifestants sont rassemblés au centre d'Harfleur.

A Amiens, la CGT commence un "blocage total" à l'Est de l'agglomération.

Sur l'autoroute A1 en direction de Paris, un cortège de routiers perturbe la circulation à hauteur du Bourget vers la porte de la Chapelle. 

5h00 : à Rennes, le dépôt de bus Keolis est bloqué par des manifestants. Peu de véhicules sont sortis.

4h00 : à Nantes, l'accès à l'aéroport est difficile. Des manifestants ont installé des barrages et enflammé des pneus et des poubelles.  

(Des sites pétroliers bloqués ce jeudi, des routes ou encore des dépôts de bus comme ici à Rennes © MaxPPP)