VIDEO. Pourquoi les notaires s'opposent à la loi Macron ?

FRANCE 2

Alors que débute demain lundi l'examen du projet de loi d'Emmanuel Macron à l'Assemblée Nationale, France 2 se penche sur la réforme proposée des professions réglementées et sur la colère des notaires.

C'est demain, lundi 26 janvier, que l'Assemblée nationale débute l'examen compliqué des 200 articles du projet de loi d'Emmanuel Macron. L'un d'eux est particulièrement décrié : celui sur la réforme des professions réglementées. Les notaires s'y opposent en nombre. Céline Schwartz, notaire de 36 ans à Toulouse (Haute-Garonne), emploie 11 salariés dans son étude. Selon elle, la loi du ministre de l'Economie menace 3 à 4 d'entre eux. Sa première crainte : la liberté d'installation, qui offre la possibilité à n'importe quel notaire ou autre professionnel du droit de la concurrencer. "On va diviser le même chiffre d'affaire par un nombre éventuellement plus important de notaires", déclare-t-elle à France 2.

"Un tiers des emplois sont menacés"

Sa deuxième crainte : l'encadrement des tarifs. Les notaires ne pourront plus fixer librement une partie d'entre eux, de quoi mettre leur pérennité en péril. "Vu qu'il y a des charges incompressibles, la seule charge qu'on peut diminuer, c'est la charge de personnel. C'est pour ça qu'on estime qu'à peu près un tiers des emplois sont menacés", explique la notaire. Selon l'INSEE, les notaires gagnent en moyenne 16 000 euros par mois. Mais ces derniers, déjà mobilisés en septembre, s'opposent aux idées reçues. "Dans ma région, sur 32 notaires, certains étaient au SMIC. Certains ont supprimé leurs études tellement ils gagnaient peu d'argent", s'insurgeait alors l'un d'eux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne