VIDEO. "On va réduire les délais et le coût du permis de conduire", affirme Emmanuel Macron

FRANCE 2

Les auto-écoles ont manifesté, vendredi matin, pour dénoncer les amendements à la loi Macron qui vont à "l'encontre de la profession et donc de la sécurité routière", estiment-elles. Mais le ministre de l'Economie n'est pas de cet avis.

Les auto-écoles ont lancé une opération escargot à Paris, vendredi 6 février, pour s'opposer à la réforme du permis de conduire prévue dans la loi Macron. Le ministre de l'Economie défend la loi comme étant "d'intérêt général pour la jeunesse".

"Une réforme qui est bonne pour notre jeunesse"

"Les articles qui ont été votés me semblent être des réformes de bon sens et qui sont bonnes pour notre jeunesse parce qu'on va permettre l'inscription plus facilement, on va réduire les délais et on va réduire le coût du permis de conduire", confie Emmanuel Macron devant la caméra de France 2, dans les couloirs de l'Assemblée nationale. Le ministre réfute aussi l'idée de libéralisation de l'activité, il parle "d'éléments de simplification". Pour le ministre, "les coûts trop élevés et les délais d'attente trop longs sont du pouvoir d'achat en moins pour les plus jeunes et pour leurs familles, qui font perdre des opportunités d'emplois, parfois d'études, de stages". 

Les auto-écoles dénoncent des amendements à la loi Macron qui vont à "l'encontre de la profession et donc de la sécurité routière", selon elles : contrat de formation et d'évaluation à distance, possibilité pour les loueurs de voiture équipée de double commande de former les conducteurs, recours à d'autres intervenants que les inspecteurs pour les examens pratiques au permis...

A la mi-journée, 860 véhicules d'auto-écoles, selon la police – 2 000 selon les organisateurs – sont arrivés, klaxons hurlants, à proximité du Champ-de-Mars après s'être rassemblés dès 7h30 sur le périphérique de la capitale. 

Vous êtes à nouveau en ligne