Trois choses que l'on peut faire avec de vieilles cabines téléphoniques

Elles vont disparaître du territoire français d'ici deux ans. Francetv info liste quelques idées pour les recycler.

C'est bientôt la fin d'une époque. Les cabines téléphoniques vont disparaître d'ici deux ans. Un article de la loi Macron libère Orange de son obligation de les installer et les entretenir dans toute la France. Résultat, l'opérateur a l'intention de les retirer, révèle Le Parisien, samedi 17 octobre.

Francetv info liste quelques idées pour les recycler.

1Des hotspots Wi-fi ou des points de recharge électriques

C'est une idée du groupe australien de téléphonie Telstra, rapportée par le quotidien britannique The Guardian (en anglais), en 2014. "Ce sont des hotspots idéaux parce que la plupart d'entre eux sont situé dans des zones bondées et connectées à de la fibre à haute vitesse", expliquait le journal. Selon le projet d'expérimentation, chaque cabine offrait une connection wi-fi dans un rayon de 100 mètres.

Pourquoi ne pas le faire en France ? L'opérateur a déjà tenté l'expérience ces dernières années avec notamment un nouveau modèle de cabine, intégrant notamment l'accès à Internet. "Ces expérimentations n'ont pas perduré, nous n'avons pas trouvé de modèle économique", avait expliqué Orange.

Pour s'adapter aux nouveaux usages, d'autres cabines londoniennes ont été réaménagées pour offrir aux passants des points de rechargement électrique pour téléphones portables et tablettes, rapporte le New York Times. Leur avantage ? Elles fonctionnent à l'énergie solaire. 

2Des aquariums

Au Japon, la ville d'Osaka a accueilli en 2012 des cabines téléphoniques transformées en aquarium. Des réalisations d'un collectif d'artistes appelé Kingyobu, rapportait Citylab (en anglais).

3Des mini-bibliothèques

Deux jeunes Tchèques ont décidé de leur insuffler une nouvelle vie en les transformant en mini-bibliothèques. La première a été inaugurée en janvier 2014 dans un hôpital de Prague, la capitale.

 

La première de ces mini-bibliothèques a été inaugurée le 9 janvier 2014 dans un hôpital de Prague, la capitale tchèque.
La première de ces mini-bibliothèques a été inaugurée le 9 janvier 2014 dans un hôpital de Prague, la capitale tchèque. (MICHAL CIZEK / AFP)

La co-auteure du projet dit s'être inspirée d'initiatives similaires qui ont vu le jour en Grande-BretagneBritish Telecom, propriétaire des fameuses cabines rouges, a même lancé une opération appelée Adopt a Kiosk (adoptez une cabine téléphonique) pour leur donner une seconde vie.

Aux Etats-Unis et en Allemagne aussi, les livres envahissent les cabines désertées. Voici une cabine transformée dans la ville de Schleswig, en Allemagne.

En France, des cabines à livres du même genre ont vu le jour, qu'elles soient le fruit d'initiatives individuelles (exemples en Bretagne, à Lille ou à Paris) ou qu'elles soient lancées par les collectivités locales, comme c'est le cas notamment dans les Hauts-de-Seine à Rueil-Malmaison ou Issy-les-Moulineaux.