Les investissements étrangers augmentent en France

(Le quartier d'affaires de la Défense à Paris © MaxPPP)

Après trois années de stabilité, l'attractivité de la France progresse enfin. Le nombre d'investissements étrangers dans l'hexagone a augmenté de 8% l'an dernier, selon les chiffres publiés aujourd'hui par Business France (Quai d'Orsay). De quoi réconforter l'exécutif qui ne ménage pas ses efforts pour lutter contre le "French bashing" et vanter les qualités de la France.

Avec 740 décisions d'investissements étrangers l'an dernier, la France signe sa deuxième meilleure performance depuis 10 ans. Les Etats-Unis restent en tête, avec 130 projets confirmés, devant l'Allemagne et l'Italie. Quant aux investissements britanniques, ils ont progressé de 50% sur un an.

Signe rassurant, les entreprises étrangères continuent d'investir en priorité dans la production industrielle, du fait de la qualité de notre main d'œuvre, affirme Business France. Mais pas seulement. Elles choisissent aussi l'hexagone pour développer des activités stratégiques de recherche et développement. Le nombre d'investissements en ce sens a progressé de 43% l'an dernier. Des investissements intéressants, pour Muriel Penicaud, directrice générale de Business France, car "ce sont des empois à forte valeur ajoutée qui font vivre tout un écosystème et qui, à terme, développent beaucoup d'emplois induits ".

Muriel Penicaud, directrice générale de Business France
--'--
--'--

Plus de QG s'implantent en France

Autre motif de satisfaction, les implantations de quartiers généraux. 14 investisseurs internationaux ont décidé de faire de la France leur QG, pour l'Europe ou le Monde. Contre cinq,  un an plus tôt. Enfin, il y a l'emploi. 25.000 postes ont été créées ou sauvegardés grâce à ces investissements étrangers. Et, hormis la Corse, toutes les régions en ont bénéficié. Pour cette année, Business France pense que l'attractivité de la France va encore progresser. Grâce à la montée en puissance du crédit impôt compétitivité et aux baisses de cotisations patronales entrées en vigueur depuis janvier.

Vous êtes à nouveau en ligne