"Les décideurs politiques pourraient bien se retrouver sans munitions", affirme Nouriel Roubini dans "Les Echos"

(AFP/OLIVIER MORIN)

L'économiste américain estime que si la crise perdure, les états ne pourront plus enrayer la crise."Si cela devait arriver (panne de croissance), le risque de stagnation ou carrément d'une double récession augmenterait fortement dans beaucoup d'économies avancées", ajoute-t-il dans "Les Echos".

L'économiste américain estime que si la crise perdure, les états ne pourront plus enrayer la crise.

"Si cela devait arriver (panne de croissance), le risque de stagnation ou carrément d'une double récession augmenterait fortement dans beaucoup d'économies avancées", ajoute-t-il dans " Les Echos".

A l'appui de ce constat pessimiste, Nouriel Roubini, un des rares économistes à avoir prévu la crise des subprimes, se base sur l'actualité économique: déficits record aux Etats-Unis et ralentissement de la croissance, panne de l'économie britannique et crise de l'euro. Fort de ce constat sombre, il affirme: " S'il s'avère que la situation actuelle est plus qu'une mauvaise passe temporaire, la correction du marché est appelée à se poursuivre. Cela affaiblira encore plus la croissance'.

"Et, ajoute-t-il, au contraire de 2007-2010, lorsque tout choc négatif et tout ralentissement de marché étaient contrés par davantage d'interventions des gouvernements, cette fois les décideurs politiques n'ont plus guère de munitions".

En clair, les états n'auront plus les moyens de relancer par le budget (où une politique monétaire très souple -quantitative easing-) des économies en panne. Quant à savoir si ce Cassandre a raison, c'est une autre question.

Vous êtes à nouveau en ligne