Les cours des céréales progressent lundi, sur le marché à terme européen (Euronext) haussier mais prudent.

(Photographie : S. L'Hôte)

Le couple franco-allemand et sa déterminéation à enrayer la crise a favorisé lundi en début de matinée, la hausse des bourses européennes.

Le couple franco-allemand et sa déterminéation à enrayer la crise a favorisé lundi en début de matinée, la hausse des bourses européennes.

A la mi-journée sur l' Euronext, les marchés européens des céréales étaient à la hausse. Le blé meunier engrangeait 2 euros (novembre 185,50 euros et le maïs 1,75 euro (novembre 186,50 euros). Un volume de 3.500 lots de blé et 300 lots de maïs avaient été échangés. Non cotée sur l'Euronext, l'orge fourragère restait également très ferme sur le marché physique (190 EUR/t livrée à Rouen), notamment autour des ports où les exportateurs recherchaient de la marchandise pour assurer leurs ventes passées.

Toutefois, la tendance sur les marchés céréaliers européens demeurait fragilisée par la décision de l'Ukraine de suspendre ses taxes sur les exportations pour le blé et le maïs. La taxe sur l'orge à hauteur de 14% serait maintenue.

Un analyste a reconnu que l'arrivée de "l'Ukraine sur les le marché mondial n'est pas une bonne nouvelle pour les exportateurs européens qui doivent déjà faire face à la redoutable concurrence de la Russie." L'Ukraine table sur une réculte de 52 à 53 millions de tonnes de céréales pour 2011 contrairement à 2010 où la canicule avait réduit les récoltes à 40 millions de tonnes.